Rencontres du XIXe siècle : « Nature »

Jeudi 9 juin 2022 MSH, Esplanade Erasme

9:30>10:00 Accueil

10:00>11:00 Présentation du projet, Camille Mestdagh (Université de Bourgogne)

Conférence d’ouverture : François Jarrige (Université de Bourgogne)

11:00>11:40 Session 1 : Contenir la Nature

Modération : Cédric Maurin (Sorbonne Université)

Marie Levesque (Aix-Marseille Université) “Rationaliser les flots : les projets d’aménagement du fleuve Guadalquivir dans la première moitié du XIXe siècle”

Elias Burgel (Université de Caen) “À la recherche des ‘limites de la mer.’ Domaine public maritime, droit et naturalisme sur les littoraux lagunaires méditerranéens (Bas-Languedoc)”

11:40>12:00 Discussion

12:00>12:40 Session 2 : Renouer avec la Nature

Modération : Alexandre Frondizi (Université de Neuchâtel)

Claire Milon (Université de Strasbourg) “Se mettre en marche. L’accès de la population ouvrière de Berlin à la randonnée (1891-1914): une démocratisation de l’accès à la nature”

Alexandra Hondemarck (Sciences Po, Paris ) “Réformer la société par le régime “naturel”. La justification du végétarisme par la nature (fin XIXe siècle – début XXe siècle)”

12:40>13:00 Discussion

13:00>14:30 Déjeuner

14:30>15:10 Session 3 : Nature et Démocratie

Modération : Arnaud Malaty (Université de Bourgogne)

Jihane Tbini (Université de la Manouba, Tunis) “La montagne de Jules Michelet, démocratie naturelle et intuition écologiste”

Karl Zimmer (Université du Mans) “La météo de la révolte. Nature et politisation populaire au XIXe siècle”

15:10>15:30 Discussion

15:30>16:10 Session 4 : Restituer la Nature

Modération : Emma Sutcliffe (Université de Bourgogne)

Pierre Causse (Université Lumière Lyon 2 ) “Les menaces du ciel : naturalisation des processus dramatiques et sociaux dans le mélodrame (Paris, années 1820-1900)”

Camille Nicole (Université de Bourgogne) “La céramique impressionniste: nature, vibration et lumière”

16:10>16:30 Discussion

16:30>17:00 Pause

17:00>17:40 Session 5 : Convertir la Nature

Modération : Camille Mestdagh (Université de Bourgogne)

Marion Belouard (Université de Limoges/INHA) “Peindre les Oiseaux d’Amérique. Production et marchandisation d’un savoir naturaliste au début du XIXe siècle”

Alexandre Campeau-Vallée (Université de Montréal) “D’obstacle à spectacle, la naturalisation du wilderness par la photographie du paysage lors de la colonisation de l’ouest américain”

17:40>18:00 Discussion


Vendredi 10 juin 2022, Pôle AAFE, Esplanade Erasme

9:00>10:00 Session 6 : Nature Défigurée

Modération : Eric Sergent (Université Lumière Lyon 2)

Samy Bounoua (Université de Lille) “Riants ou mélancoliques ? Les deux visages des paysages industriels à Lille et ses environs au XIXe siècle”

Bastien Cabot (EHESS, Paris) “Les corps appartiennent-ils à la nature ? Dégâts industriels et critique de l’industrie dans les mines de charbon (France, fin XIXe – début XXe siècle)”

Arthur Emile (École Polytechnique Fédérale de Lausanne) “L’impact environnemental du chemin de fer au XIXe siècle au prisme de la pollution atmosphérique”

10:00>10:30 Discussion

10:30>11:00 Pause

11:00>11:40 Session 7 : Exploiter la Nature

Modération : Eléonore Chanlat-Bernard (EHESS)

Blaise Truong-Loï (Sciences Po, Paris) “La nature de la dette. L’exploitation des domaines publics par les institutions de contrôle financier international à la fin du XIXe siècle”

Sabrina Sigel (Université de Genève) “Réflexions sur l’exploitation économique de la nature dans les journaux de Sao Paulo, Brésil, pendant la première mondialisation”

11:40>12:00 Discussion

12:00>12:30 Conclusions, Nicolas Cambon (Université de Toulouse II Jean Jaurès)‌

 

Rencontres du XIXe siècle : « Nature »

Après deux précédentes éditions consacrées aux thèmes « Petites et grandes rencontres du XIXe siècle » et « Populaire », Les Rencontres du XIXe siècle proposent à nouveau de réunir des jeunes dix-neuviémistes (doctorant.e.s et jeunes docteur.e.s) autour d’un colloque transversal. Organisé par un comité issu de différentes institutions universitaires, l’événement sera cette année consacré à une réflexion collective sur le thème de la « Nature ».

Les Rencontres se tiendront les 9 et 10 juin 2022 à Dijon, à l’Université de Bourgogne, sous le patronage de la Société d’Histoire de la Révolution de 1848 et avec le soutien du laboratoire LIR3S (UMR CNRS 7366) Laboratoire Interdisciplinaire de Recherche Sociétés, Sensibilités, Soin. Le logement sera pris en charge ou assuré de façon collaborative par des doctorant.e.s, deux repas seront pris en charge par les organisateurs, mais les frais de déplacement seront à la charge des participant.e.s et/ou de leur laboratoire de rattachement.

Argumentaire et axes ci-joints

Les propositions de communication (en français ou en anglais, de 2000 signes maximum) devront être envoyées à l’adresse rencontres19eme@gmail.com avant le 21 janvier 2022, accompagnées d’un court CV.

Photo : Le voyageur contemplant une mer de nuage – Caspar David Friedrich – 1818

Bureau & contact

Le Collectif Confluence est une association administrée par un Conseil d’Administration qui élit un Bureau. Le Bureau est composé de Thimothée Fringans, docteure en droit ; Zivile Kalibataité, doctorante en relations internationales ; et Benoit Vaillot, doctorant en histoire, respectivement aux postes de Trésorière, Secrétaire et Président.

Le siège social du Collectif Confluence est fixé au : 25, rue Jaboulay, 69007 Lyon

Pour toute information : benoit.vaillot@eui.eu ou + 33(0)6 32 16 47 57

Rencontres estivales 2015

Le Collectif Confluence organise en partenariat avec la Villa Gillet des rencontres estivales invitant les jeunes chercheurs en sciences humaines et sociales, lettres et arts à réfléchir, échanger et partager leurs travaux sous le signe de la transdisciplinarité et de la convivialité. Nous discutons ensemble des recherches de chacun au prisme d’une notion indicative commune, et en profiterons pour mieux nous connaître, être un plus qu’un « réseau ». Les rencontres estivales sont un événement, un lieu et un moment pour le développement de relations intellectuelles et amicales.

Les rencontres estivales ont lieu les 7 et 8 juillet 2015 à la Villa Gillet, 25, rue Chazière, 69004 Lyon.

La Villa Gillet est située à Lyon, dans le Parc de la Cerisaie. C’est une institution culturelle qui s’intéresse à toutes les formes de la culture. C’est un lieu qui rassemble artistes, écrivains, romanciers et chercheurs du monde entier pour nourrir une réflexion publique autour des questions de notre temps à l’occasion de conférences, débats, tables rondes, et lectures.

Repenser l’espace urbain dans un monde sans voitures

À la Bibliothèque municipale de Lyon, 30 boulevard Vivier-Merle, 69431 Lyon Cedex 03.

  • Farzaneh Bahrami et Matthew Skjonsberg, doctorants de l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne.

La réduction de la mobilité motorisée individuelle est largement débattue aujourd’hui. En même temps, les comportements sociaux sont symptomatiques d’une effective réduction d’intérêt pour la voiture : baisse de vente des véhicules, baisse du pourcentage des jeunes qui passent leur permis de conduire.

En partant de l’hypothèse que les tendances ici évoquées s’accélèreraient, on essaie d’explorer le futur de l’espace urbain jusqu’à l’élimination totale de la voiture. Cette hypothèse tout-à-fait radicale nous oblige à renverser le regard sur l’espace urbain. Qu’en serait-il, dans un post-car world de l’immense quantité d’espace aujourd’hui dédiée au trafic automobile et à la voiture ?

Nourrir la planète : la proximité est-elle vecteur de solidarité ?

Le Collectif Confluence a organisé les rencontres préparatoires de la région Rhône-Alpes pour l’Exposition Universelle Milan 2015 « Nourrir la planète, énergie pour la vie ». Plusieurs rencontres ont ainsi eu lieu en 2015 en région Rhône-Alpes pour mobiliser les rhônalpins, permettre la réflexion collective afin de participer de manière constructive à l’Exposition Universelle de Milan.

  • Rencontre préparatoire Milan 2015 : « Nourrir la planète : la proximité est-elle vecteur de solidarité ? », le 24 avril 2015 à l’Hôtel de Région, Lyon.

Suivre les acteurs vers un monde sans voiture

À la Bibliothèque municipale de Lyon, 30 boulevard Vivier-Merle, 69431 Lyon Cedex 03.

  • Alexandre Rigal, doctorant de l’École polytechnique fédérale de Lausanne en études urbaines et Jade Rudler, doctorante de l’École polytechnique fédérale de Lausanne, architecte.

Nous vivons dans un monde de voitures, agencé pour les voitures. Pourtant peu à peu le nombre d’automobilistes à temps partiel et de non-automobilistes augmente. L’attractivité de la voiture semble diminuer. Il s’agit donc de saisir ses nouveaux désirs, les nouvelles mobilités des acteurs qui refusent le monde du tout voiture individuelle.

Pour exposer les potentiels qu’ils ont mis en acte et les potentiels dont bien d’autres disposent, des visualisations nous aideront à rendre compte de leurs compétences, des actions qu’ils chainent. On obtiendra par là des portraits d’acteurs actuellement et potentiellement en mobilité vers un monde sans voiture.

Le stoïcisme aujourd’hui : présences et pertinence

À la Bibliothèque municipale de Lyon, 30 boulevard Vivier-Merle, 69431 Lyon Cedex 03.

  • Jordi Pià, Maître de conférences en latin : « Puiser dans le stoïcisme un modèle de spiritualité libre ? »

A l’heure où les philosophes et les théologiens en Occident s’interrogent sur les tensions entre religions monothéistes et liberté humaine, le stoïcisme peut, à notre sens, offrir un modèle de spiritualité libre. Pour cela nous partirons d’une citation de Marguerite Yourcenar qui écrit: « Ce 2e siècle m’intéresse parce qu’il fut, pour un temps fort long, celui des derniers hommes libres. En ce qui nous concerne, nous sommes peut-être déjà fort loin de ce temps-là ».

Les Stoïciens s’efforcent d’acquérir l’autonomie morale à travers l’ascèse morale qui libèrera l’homme de ses passions. Pourtant, aspect négligé par les Antiquisants, ces exercices spirituels qui nous mettent en rapport avec le divin – le dieu cosmique et notre âme – peuvent revêtir une dimension religieuse lorsque, par exemple, Sénèque, Épictète ou Marc Aurèle recourent au genre de l’hymne ou de la prière.

Partant des réflexions personnelles de M. Yourcenar sur le stoïcisme dans les Mémoires d’Hadrien, nous nous demanderons alors dans quelle mesure ce modèle de piété peut nous aider à fonder une spiritualité moderne, garante de la liberté humaine.

  • Maël Goarzin, doctorant en philosophie : « Les présences du stoïcisme aujourd’hui »

Peu de personnes aujourd’hui se revendiquent « stoïciens », et pourtant la philosophie stoïcienne est présente dans de nombreux milieux, que ce soit en psychologie, dans les théories du développement personnel, ou encore dans la culture populaire. Quel est ce stoïcisme présent à l’heure actuelle dans le langage courant, au cinéma, ou dans les magazines de psychologie ? Cette intervention tentera ainsi de faire le point sur un certain nombre d’usages du stoïcisme, et sur l’existence d’une sorte de sagesse universelle dont le stoïcisme serait l’expression la plus courante aujourd’hui dans le monde occidental.

  • Konstantin Büchler, diplômé en philosophie : « Pourquoi se poser la question de la pertinence du stoïcisme pour aujourd’hui ? »

L’école stoïcienne a exercé son attrait bien après Marc-Aurèle, son dernier représentant. Aujourd’hui, un nombre important d’intellectuels, dont par exemple ceux qui constituent le collectif Stoicism today, revendiquent leur adhésion à l’éthique stoïcienne ou, du moins, à une partie de cette dernière. Mais pourquoi chercher à montrer la pertinence d’une pensée antique, alors que tant d’options philosophiques sont de nos jours disponibles ? Et pourquoi le stoïcisme en particulier ? N’est-il pas naïf, voir irresponsable, de se réapproprier un système de pensée plutôt que de favoriser l’éclectisme, marque du pluralisme de nos sociétés ?

Nourrir la planète : une question économique, sociale, culturelle ?

Le Collectif Confluence a organisé les rencontres préparatoires de la région Rhône-Alpes pour l’Exposition Universelle Milan 2015 « Nourrir la planète, énergie pour la vie ». Plusieurs rencontres ont ainsi eu lieu en 2015 en région Rhône-Alpes pour mobiliser les rhônalpins, permettre la réflexion collective afin de participer de manière constructive à l’Exposition Universelle de Milan.

  • Rencontre préparatoire Milan 2015 : « Nourrir la planète : une question économique, sociale, culturelle ? », le 20 mars 2015 à la Cité du design, Saint-Étienne.

Regards croisés sur la corruption et l’éthique des acteurs publics

À la Bibliothèque municipale de Lyon, 30 boulevard Vivier-Merle, 69431 Lyon Cedex 03.

Des scandales de corruption font régulièrement la une des médias alors que la majorité des États démocratiques, et en particulier les membres de l’Organisation pour la coopération et le développement économiques (OCDE), considèrent de nos jours l’intégrité des acteurs publics comme un enjeu central. Cependant, la caractérisation de ce qui relève dans les faits du mauvais ou du bon comportement pour un élu ou un fonctionnaire demeure complexe et changeant.

L’objectif de cette conférence est de revenir sur les multiples facteurs, notamment historiques, culturels ou encore sociaux, qui déterminent la compréhension des notions de corruption ou d’éthique appliquées aux acteurs publics. Une première intervention proposera ainsi quelques réflexions concernant la construction du discours médiatique sur la corruption politique en France et en Suède. La seconde intervention présentera les éléments constitutifs de l’éthique du service public qui ressortent des actions engagées en la matière à l’OCDE et au Canada.

  • Thomas Scapin, doctorant en science politique ;
  • Sofia Wickberg, doctorante en science politique.

L’action extérieure de l’Union Européenne : entre la puissance douce et le droit mou

À la Bibliothèque municipale de Lyon, 30 boulevard Vivier-Merle, 69431 Lyon Cedex 03.

  •  Michael E. Lambert, doctorant en relations internationales : « Structure et fonctionnement du soft power de l’Union européenne au XXIe siècle »

La présentation aborde la question de la politique d’influence de l’Union européenne au regard de l’actualité internationale et plus particulièrement dans les États du Partenariat Oriental. Si les ouvrages qui traitent de la politique d’influence de l’Europe sont monnaie courante, peu abordent la question fondamentale du fonctionnement interne et de la capacité d’attraction singulière des entités supranationales.

Cette présentation propose d’analyser ces questions tout en mettant en avant les difficultés qui entachent la capacité de développement d’un smart power en Union européenne du fait de l’interdépendance avec les États-Unis au début du XXIe siècle.

  • Fiona Schnell, doctorant en science politique : « La soft law européenne, instrument de puissance des Etats européens ? »

Comment le droit peut il devenir un instrument de puissance, d’autant plus lorsqu’il est « mou » ? Zaki Laidi l’a théorisé, l’Europe serait une puissance normative. Néanmoins, la norme en question trouve de nombreuses interprétations et applications selon le degré de contrainte observé. Instrument controversé du droit et de la pratique de l’Union Européenne, la soft law apparaît ici comme une alternative aux moyens traditionnels de puissance. Cette dernière établit en elle même, une contradiction en étant du droit non contraignant. Des actes de soft law produisent alors des effets juridiques sans pour autant être obligatoires. La soft law apparait dès lors comme une variable et un mécanisme de revendication politique, moteur de la puissance.

Quelle(s) puissance(s) dans un monde arabe en mutation ?

À la Bibliothèque municipale de Lyon, 30 boulevard Vivier-Merle, 69431 Lyon Cedex 03.

Depuis 2010-2011, le monde arabe a subi dans son ensemble – de la Mauritanie au Sultanat d’Oman –, des bouleversements retentissants. L’émergence d’une société civile dynamique, la confessionnalisation de certains conflits et les interventions étrangères suscitent bien des interrogations sur l’Etat et, au-delà, sur la notion de « puissance ». Ce café vise à apporter des éléments de réponses à travers deux cas d’étude différents : à l’intérieur, celui de deux monarchies du Golfe dont l’influence est croissante, à savoir le Qatar et les Émirats arabes unis (EAU) ; à l’extérieur, celui d’une ancienne « grande puissance » qui aspire à jouer un rôle nouveau dans la région, la Russie.

  • Emma Soubrier, doctorante en science politique « Le Qatar et les Émirats arabes unis : deux « petites puissances » ?

Entre des économies florissantes fondées sur les hydrocarbures, l’affaiblissement des centres historiques du monde arabe (l’Egypte, la Syrie et l’Irak) et une relation nouvelle avec le voisin saoudien, le Qatar et les EAU développent une politique étrangère qui se veut ambitieuse. Parfois qualifiés de « petites puissances », il s’agira à la fois de définir cette notion spécifique et de montrer comment ces deux petits États interrogent en réalité le concept même de « puissance » et son allocation sur la scène régionale et internationale.

  • Adlene Mohammedi, doctorant en géopolitique : « Moscou et le monde arabe : une puissance au service d’un ordre multipolaire ? »

La chute de l’Union soviétique a éloigné à la fois géographiquement et politiquement Moscou du monde arabe. On aurait pu croire que la position russe devant les récents bouleversements dans la région allait exacerber cet éloignement, mais la Russie apparaît au contraire comme un partenaire incontournable mêlant des éléments de « puissance » hérités de la période soviétique et de nouveaux atouts qu’il s’agira d’évoquer.