Rencontres estivales 2015

Le Collectif Confluence organise en partenariat avec la Villa Gillet des rencontres estivales invitant les jeunes chercheurs en sciences humaines et sociales, lettres et arts à réfléchir, échanger et partager leurs travaux sous le signe de la transdisciplinarité et de la convivialité. Nous discutons ensemble des recherches de chacun au prisme d’une notion indicative commune, et en profiterons pour mieux nous connaître, être un plus qu’un « réseau ». Les rencontres estivales sont un événement, un lieu et un moment pour le développement de relations intellectuelles et amicales.

Les rencontres estivales ont lieu les 7 et 8 juillet 2015 à la Villa Gillet, 25, rue Chazière, 69004 Lyon.

La Villa Gillet est située à Lyon, dans le Parc de la Cerisaie. C’est une institution culturelle qui s’intéresse à toutes les formes de la culture. C’est un lieu qui rassemble artistes, écrivains, romanciers et chercheurs du monde entier pour nourrir une réflexion publique autour des questions de notre temps à l’occasion de conférences, débats, tables rondes, et lectures.

Regards croisés sur la corruption et l’éthique des acteurs publics

À la Bibliothèque municipale de Lyon, 30 boulevard Vivier-Merle, 69431 Lyon Cedex 03.

Des scandales de corruption font régulièrement la une des médias alors que la majorité des États démocratiques, et en particulier les membres de l’Organisation pour la coopération et le développement économiques (OCDE), considèrent de nos jours l’intégrité des acteurs publics comme un enjeu central. Cependant, la caractérisation de ce qui relève dans les faits du mauvais ou du bon comportement pour un élu ou un fonctionnaire demeure complexe et changeant.

L’objectif de cette conférence est de revenir sur les multiples facteurs, notamment historiques, culturels ou encore sociaux, qui déterminent la compréhension des notions de corruption ou d’éthique appliquées aux acteurs publics. Une première intervention proposera ainsi quelques réflexions concernant la construction du discours médiatique sur la corruption politique en France et en Suède. La seconde intervention présentera les éléments constitutifs de l’éthique du service public qui ressortent des actions engagées en la matière à l’OCDE et au Canada.

  • Thomas Scapin, doctorant en science politique ;
  • Sofia Wickberg, doctorante en science politique.

L’action extérieure de l’Union Européenne : entre la puissance douce et le droit mou

À la Bibliothèque municipale de Lyon, 30 boulevard Vivier-Merle, 69431 Lyon Cedex 03.

  •  Michael E. Lambert, doctorant en relations internationales : « Structure et fonctionnement du soft power de l’Union européenne au XXIe siècle »

La présentation aborde la question de la politique d’influence de l’Union européenne au regard de l’actualité internationale et plus particulièrement dans les États du Partenariat Oriental. Si les ouvrages qui traitent de la politique d’influence de l’Europe sont monnaie courante, peu abordent la question fondamentale du fonctionnement interne et de la capacité d’attraction singulière des entités supranationales.

Cette présentation propose d’analyser ces questions tout en mettant en avant les difficultés qui entachent la capacité de développement d’un smart power en Union européenne du fait de l’interdépendance avec les États-Unis au début du XXIe siècle.

  • Fiona Schnell, doctorant en science politique : « La soft law européenne, instrument de puissance des Etats européens ? »

Comment le droit peut il devenir un instrument de puissance, d’autant plus lorsqu’il est « mou » ? Zaki Laidi l’a théorisé, l’Europe serait une puissance normative. Néanmoins, la norme en question trouve de nombreuses interprétations et applications selon le degré de contrainte observé. Instrument controversé du droit et de la pratique de l’Union Européenne, la soft law apparaît ici comme une alternative aux moyens traditionnels de puissance. Cette dernière établit en elle même, une contradiction en étant du droit non contraignant. Des actes de soft law produisent alors des effets juridiques sans pour autant être obligatoires. La soft law apparait dès lors comme une variable et un mécanisme de revendication politique, moteur de la puissance.

Quelle(s) puissance(s) dans un monde arabe en mutation ?

À la Bibliothèque municipale de Lyon, 30 boulevard Vivier-Merle, 69431 Lyon Cedex 03.

Depuis 2010-2011, le monde arabe a subi dans son ensemble – de la Mauritanie au Sultanat d’Oman –, des bouleversements retentissants. L’émergence d’une société civile dynamique, la confessionnalisation de certains conflits et les interventions étrangères suscitent bien des interrogations sur l’Etat et, au-delà, sur la notion de « puissance ». Ce café vise à apporter des éléments de réponses à travers deux cas d’étude différents : à l’intérieur, celui de deux monarchies du Golfe dont l’influence est croissante, à savoir le Qatar et les Émirats arabes unis (EAU) ; à l’extérieur, celui d’une ancienne « grande puissance » qui aspire à jouer un rôle nouveau dans la région, la Russie.

  • Emma Soubrier, doctorante en science politique « Le Qatar et les Émirats arabes unis : deux « petites puissances » ?

Entre des économies florissantes fondées sur les hydrocarbures, l’affaiblissement des centres historiques du monde arabe (l’Egypte, la Syrie et l’Irak) et une relation nouvelle avec le voisin saoudien, le Qatar et les EAU développent une politique étrangère qui se veut ambitieuse. Parfois qualifiés de « petites puissances », il s’agira à la fois de définir cette notion spécifique et de montrer comment ces deux petits États interrogent en réalité le concept même de « puissance » et son allocation sur la scène régionale et internationale.

  • Adlene Mohammedi, doctorant en géopolitique : « Moscou et le monde arabe : une puissance au service d’un ordre multipolaire ? »

La chute de l’Union soviétique a éloigné à la fois géographiquement et politiquement Moscou du monde arabe. On aurait pu croire que la position russe devant les récents bouleversements dans la région allait exacerber cet éloignement, mais la Russie apparaît au contraire comme un partenaire incontournable mêlant des éléments de « puissance » hérités de la période soviétique et de nouveaux atouts qu’il s’agira d’évoquer.

Femmes, conflits et droit

À la Bibliothèque municipale de Lyon, 30 boulevard Vivier-Merle, 69431 Lyon Cedex 03.

  • Lydie Thollot, doctorante en sciences politiques : « Les femmes : nouvel enjeux stratégiques des conflits armés contemporains. Exemple du Kosovo 1998 – 1999 »

Depuis plusieurs années, les guerres ont changé de visage et leurs conséquences ne sont plus les mêmes. La guerre régulière a laissé place aux conflits armés irréguliers. Les populations civiles ne sont plus des dommages collatéraux situés à l’arrière, mais constituent des cibles de premiers choix.

Protagonistes des conflits malgré elles, les femmes deviennent des cibles, parfois privilégiées, considérées non plus comme des butins de guerre, mais comme des enjeux – opportunités – stratégiques. La « Femme » revête une représentation spécifique qui nourrit les velléités des ennemis. C’est une cible fortement symbolique qui entraîne à en faire des victimes particulières. Tout ceci rend la question de la reconstruction post-conflit très difficile : la fracture sociale est douloureuse à penser.

A travers l’exemple du Kosovo, nous chercherons à traduire une réalité politique qui fait échos à de nombreux cas similaires sur la scène internationale. Cette situation de fait est une réalité avec laquelle les sociétés touchées doivent apprendre à se reconstruire.

  • Elena Grujicic, doctorante en sciences politiques : « Les droits de la femme en période de conflit armé »

En temps de guerre, les femmes représentent environ 80% des pertes en vies humaines. De plus, 80% des réfugiés et des personnes déplacées dans leur propre pays, pendant un conflit armé, sont des femmes et des enfants. Aussi, les femmes ne sont plus uniquement des dommages collatéraux, mais elles constituent également des « victimes privilégiées de violations spécifiques et graves du droit international humanitaire », comme le viol, prostitution forcée, exploitation sexuelle, fécondation forcée… La résolution 1325 sur les femmes, la paix et la sécurité adoptée en 2000 préconise une participation égale des femmes aux questions de paix et de sécurité. Elle démontre un intérêt du Conseil de sécurité des Nations Unies concernant la problématique des femmes et de leur situation pendant le conflit, et post conflit. Parallèlement, le Droit International des Droits de l´Homme, le Droit International Humanitaire, et la jurisprudence internationale se sont successivement prononcés sur la question. Il s’agira pour nous de faire le point sur la thématique : « Femme et Conflit » au regard de l’arsenal juridique international, et de son adaptation aux situations de fait.

Rencontres estivales 2013

Le Collectif Confluence organise en partenariat avec la Villa Gillet des rencontres estivales invitant les jeunes chercheurs en sciences humaines et sociales, lettres et arts à réfléchir, échanger et partager leurs travaux sous le signe de la transdisciplinarité et de la convivialité. Nous discutons ensemble des recherches de chacun au prisme d’une notion indicative commune, et en profiterons pour mieux nous connaître, être un plus qu’un « réseau ». Les rencontres estivales sont un événement, un lieu et un moment pour le développement de relations intellectuelles et amicales.

Les rencontres estivales ont lieu les 15, 16 et 17 juillet 2013 à la Villa Gillet, 25, rue Chazière, 69004 Lyon.

Programme Lundi 15 juillet Mardi 16 juillet Mercredi 17 juillet
10h00 – 12h00

Ateliers de réflexion

Éthique dans la recherche, éthique du jeune chercheur Créer du Commun Identité numérique, outils numériques

Déjeuners partagés

14h00 – 17h00

Discussions thématiques

Institutions et pouvoirs Éspaces et populations Écrire le temps

La Villa Gillet est située à Lyon, dans le Parc de la Cerisaie. C’est une institution culturelle qui s’intéresse à toutes les formes de la culture. C’est un lieu qui rassemble artistes, écrivains, romanciers et chercheurs du monde entier pour nourrir une réflexion publique autour des questions de notre temps à l’occasion de conférences, débats, tables rondes, et lectures.

Réflexions sur la ville durable de demain

À la Bibliothèque municipale de Lyon, 30 boulevard Vivier-Merle, 69431 Lyon Cedex 03.

Les enjeux du changement climatique et de la transition énergétique suscitent depuis bientôt deux décennies de nombreux débats au sujet de la ville durable de demain. Aux Etats-Unis, en Europe et plus particulièrement au Japon, les expérimentations en la matière se multiplient à l’image de nombreux projets impliquant de nombreux acteurs publics et privés, et reposant sur les Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication. Cette version technologique et numérique de la ville durable n’est néanmoins pas sans poser un certain nombre de question au sujet de la gouvernance et de la place attribuée aux individus notamment.

  • Benoit Granier, doctorant en Science Politique : « Participation citoyenne et acceptabilité sociale dans les villes durables / La place des individus dans la ville durable de demain »

Depuis quelques années, aussi bien les pays européens que les Etats-Unis, la Chine et le Japon expérimentent des modèles de ville durable particuliers, les smart-cities ou « villes intelligentes ». Ces dernières reposent en effet sur de nombreuses technologies complexes telles que les smart-grids ou « réseaux électriques intelligents », des dispositifs de production décentralisée d’électricité d’origine renouvelable, des systèmes de partage de véhicules électriques, etc. Néanmoins, cette ville durable numérique amène à s’interroger sur le rôle qu’elle attribue à l’humain. Ces technologies feront-elles des habitants de la ville des consommateurs répondant à des signaux économiques, ou des citoyens participant à un devenir commun ? La collecte et le partage des données constituent-ils un renouveau démocratique porteur d’un espace public inédit, ou un danger inédit pour la protection de la vie privée et les libertés individuelles ?

  • Nicolas Leprêtre, doctorant en Science Politique : « Les réseaux électriques intelligents intégrés aux quartiers : quelles formes de coordination des acteurs locaux au Japon ? »

L’objectif de cette présentation est d’introduire à une technologie encore peu connue, les réseaux électriques intelligents, ou smart grid, et leurs conséquences sur l’aménagement urbain et les modes de gouvernance. Après une bref définition de ces smart grid, le présent travail s’articulera autour de deux temps. A partir du cas japonais des « Smart Community », un pays en avance sur la question, l’objectif sera de montrer en quoi les réseaux électriques intelligents peuvent amener à modifier l’aménagement urbain, et intégrer de nouveaux « services durables ». Puis, nous analyserons les modes de coordination des acteurs dans cette politique publique qui préfigurent des tendances que nous pourrons retrouver en France, dans le quartier Confluence à Lyon par exemple.

  • Guillaume Lacroix, doctorant en Science Politique : « Les différents visages de la « ville durable » à Lyon : exemples de projets urbains »

L’intervention s’emploiera à appliquer ce cadre conceptuel au cas lyonnais. Au travers d’exemples de réalisations ou de projets urbains connus (la Confluence, l’Anneau des Sciences, les berges du Rhône…) ou plus confidentiels, il montrera les paradoxes inhérents à la pluralité des visions de la ville durable qui s’expriment aujourd’hui dans la cité rhodanienne. Cette approche territorialisée aura pour objectif de susciter un débat et de questionner la « fabrique durable » de nos quotidiens urbains.

Les formes d’organisation de la Défense en Europe

À la Bibliothèque municipale de Lyon, 30 boulevard Vivier-Merle, 69431 Lyon Cedex 03.

Une véritable panoplie des modes de la Défense – les coopérations militaires bilatérales, la Défense collective à travers l’Alliance militaire et les tentatives de l’institutionnalisation de la défense européenne – cohabitent sur le Vieux Continent et cherchent à assurer la sécurité des pays européens. Bien que ces différentes formes de Défense visent avant tout à répondre à des préoccupations sécuritaires et stratégiques, elles ne sont pas toujours guidées par les mêmes facteurs. La situation économique et financière ainsi que des considérations identitaires et historiques influencent les choix des Etats européens en matière d’organisation de la Défense. Par conséquent, la Défense européenne, c’est-à-dire construite dans le cadre de l’Union européenne, en ressort très sensiblement touchée.

  • Grégoire Ducloud, étudiant à Sciences Po Lyon : « La coopération militaire franco-britannique »

La coopération militaire franco-britannique illustre très pertinemment le fonctionnement et la nature de la coopération bilatérale militaire entre deux acteurs étatiques dont les intérêts sécuritaires et stratégiques se rejoignent très sensiblement. L’importance des facteurs économiques et financiers ne sont pas à négliger dans la mise en place et dans le développement de ladite coopération. En même temps, le contexte institutionnel et stratégique, notamment les faiblesses de l’Europe de la défense, fournit un grand nombre d’éléments de compréhension quant à l’intérêt et aux modalités de la coopération militaire franco-britannique.

  • Živilé Kalibataite, doctorante en Relations Internationales : « L’intégration militaire de l’Europe de l’Est à l’Alliance Atlantique »

L’Organisation du Traité de l’Atlantique du Nord (OTAN) était amenée à se transformer après la chute de l’URSS. L’élargissement de l’Alliance Atlantique vers les pays post- soviétiques constitue une des grandes caractéristiques géostratégiques de ces changements depuis la fin du conflit Est/Ouest. Les politiques étrangères et de sécurité des pays de l’Europe de l’Est ont été guidées par la quête de l’OTAN. Cette orientation politique et stratégique est très fortement influencée par des considérations historiques, identitaires et culturelles. La fascination pour la puissance américaine, considérée comme pivot de l’Alliance atlantique, pousse les pays de l’Europe de l’Est à privilégier l’organisation de la Défense dans le cadre d’une alliance militaire à la construction d’une défense européenne propre à l’UE.

  • Lucie Le Barreau, doctorante en Relations Internationales : « Perspectives de l’Europe de la Défense »

En gestation depuis 1998, la politique européenne de sécurité et de défense (aujourd’hui renommée Politique commune de sécurité et de défense) représente davantage un rébus politique et diplomatique compliqué qu’une véritable réalisation institutionnelle acceptée par tous les Etats européens. L’Europe de la Défense est amenée à composer dans un climat stratégique, diplomatique, politique et économique très complexe. Les problèmes économiques et financiers des Etats européens, leurs visions divergentes sur les questions communautaires et le rapport encore mal défini entre l’OTAN et l’UE conditionnent très fortement la réalisation et la consolidation de l’Europe de la Défense.

Identité et Action publique face au développement. Regards croisés sur Lyon

À la Bibliothèque municipale de Lyon, 30 boulevard Vivier-Merle, 69431 Lyon Cedex 03.

Lors du café jeunes chercheurs d’avril 2012 s’intitulant « Identité et Action publique face au développement. Regards croisés sur Lyon » sont intervenus : Bernard Lamizet, professeur émérite, invité du Collectif Confluence sur « La formation d’une identité urbaine », Christophe Parnet sur « Construire une métropole pour l’agglomération lyonnaise », et Antoine Levêque sur « La politique de la ville et la cohésion sociale à Lyon ».