Esthétique urbaine

À la Bibliothèque municipale de Lyon, 30 boulevard Vivier-Merle, 69431 Lyon Cedex 03.

  • Louise Melin, professeure de philosophie : « L’expérience esthétique de la ville, quels enjeux ? »

L’esthétique est traditionnellement perçue comme un domaine subjectif et mineur de l’expérience humaine. Appréhendée à l’aune des enjeux urbains du XXIe siècle, elle semble là encore reléguée à un second rang, ou assimilée à un rôle simplement décoratif. Mais l’expérience esthétique urbaine ne nous indique-t-elle rien de plus fondamental quant à la façon dont nous habitons, transformons et pensons nos villes ?

  • Pierre-Damien Laurent, doctorant en histoire de l’art : « Place et faveur de l’esthétique dans l’habitat lyonnais au XVIe siècle »

À l’époque moderne la Ville subit les changements notables. Les modèles de villes idéales diffusés par l’imprimerie et inspirés de l’antiquité se recommandent par la généreuse proportion des voies, la rationalisation et la régularité de l’espace qu’elles consentent, la part accordée aux perspectives, la mise en valeur des nouveaux édifices. Qu’en est-il du Lyon du XVIe siècle ? Entre partis de construction privés et publics, la part allouée à l’esthétique, recluse entre exigences de commodité et de salubrité, connait-elle un essor significatif ?

  • Yannis Cosmas, doctorant en Sciences de l’information et de la communication : « Un bâtiment ancien, d’une beauté… »

L’esthétique d’un bâtiment peut-elle demeurer sans énoncer son objet présent ? Tel est le cas se posant au travers de la campagne de presse pour la création du musée de la Ville de Lyon à l’Hôtel de Gadagne, autour de 1900. Car il y avait alors un désir hérité de créer un musée pour promouvoir le bâti ancien de la Ville de Lyon, mais sans savoir où ce musée s’installerait. Il se trouva alors un groupe de militants avec à leur tête Félix Desvernay (1854-1917), pressenti pour devenir le directeur de ce musée, pour amorcer une réflexion à ce propos. Mais celle-ci n’aboutira qu’une vingtaine d’années plus tard (en 1921), après la mort de cet homme.

Rencontres estivales 2014

Le Collectif Confluence organise en partenariat avec la Villa Gillet des rencontres estivales invitant les jeunes chercheurs en sciences humaines et sociales, lettres et arts à réfléchir, échanger et partager leurs travaux sous le signe de la transdisciplinarité et de la convivialité. Nous discutons ensemble des recherches de chacun au prisme d’une notion indicative commune, et en profiterons pour mieux nous connaître, être un plus qu’un « réseau ». Les rencontres estivales sont un événement, un lieu et un moment pour le développement de relations intellectuelles et amicales.

Les rencontres estivales ont lieu les 2, 3 et 4 juillet 2014 à la Villa Gillet, 25, rue Chazière, 69004 Lyon.

Le 2 juillet 2014

10h00-12h00 : speed dating sur la thèse.

14h00-16h00 : speed dating sur la thèse.

Le 3 juillet 2014

10h00-12h00 : état des politiques de recherche en 2014, par Alexine Fontaine.

14h00-16h00 : promenade urbaine menée par Yannis Cosmas, doctorant au laboratoire Triangle, université Lyon 2.

Le 4 juillet 2014

10h00-12h00 : « Comprendre les lieux de la mouvance du Libre : comment croiser approches qualitatives et big data ? » par Pierre-Amiel Giraud, doctorant laboratoire ADESS, université Bordeaux 3.

14h00-16h00 : « Prospective / Design / Fiction / Inspiration en SHS », par Nicolas Nova, enseignant et chercheur en design d’interaction, HESGE, École Polytechnique Fédérale de Lausanne.

Chaque journée est ponctuée d’un déjeuner en commun.

La Villa Gillet est située à Lyon, dans le Parc de la Cerisaie. C’est une institution culturelle qui s’intéresse à toutes les formes de la culture. C’est un lieu qui rassemble artistes, écrivains, romanciers et chercheurs du monde entier pour nourrir une réflexion publique autour des questions de notre temps à l’occasion de conférences, débats, tables rondes, et lectures.

Rencontres estivales 2013

Le Collectif Confluence organise en partenariat avec la Villa Gillet des rencontres estivales invitant les jeunes chercheurs en sciences humaines et sociales, lettres et arts à réfléchir, échanger et partager leurs travaux sous le signe de la transdisciplinarité et de la convivialité. Nous discutons ensemble des recherches de chacun au prisme d’une notion indicative commune, et en profiterons pour mieux nous connaître, être un plus qu’un « réseau ». Les rencontres estivales sont un événement, un lieu et un moment pour le développement de relations intellectuelles et amicales.

Les rencontres estivales ont lieu les 15, 16 et 17 juillet 2013 à la Villa Gillet, 25, rue Chazière, 69004 Lyon.

Programme Lundi 15 juillet Mardi 16 juillet Mercredi 17 juillet
10h00 – 12h00

Ateliers de réflexion

Éthique dans la recherche, éthique du jeune chercheur Créer du Commun Identité numérique, outils numériques

Déjeuners partagés

14h00 – 17h00

Discussions thématiques

Institutions et pouvoirs Éspaces et populations Écrire le temps

La Villa Gillet est située à Lyon, dans le Parc de la Cerisaie. C’est une institution culturelle qui s’intéresse à toutes les formes de la culture. C’est un lieu qui rassemble artistes, écrivains, romanciers et chercheurs du monde entier pour nourrir une réflexion publique autour des questions de notre temps à l’occasion de conférences, débats, tables rondes, et lectures.

Représentations du corps féminin et pratiques alimentaires

À la Bibliothèque municipale de Lyon, 30 boulevard Vivier-Merle, 69431 Lyon Cedex 03.

Ces deux interventions s’intéressent au regard que porte une société, à un moment donné, sur le corps féminin à travers l’étude des pratiques alimentaires. Elles permettent de questionner l’évolution des représentations de la santé et de l’esthétique de la minceur.

  • Stéphanie Chapuis-Després, doctorante en études germaniques : « Maladie ou miracle ? Le jeûne de Margareta Weisz (1542) »

Cette communication présente le cas d’une jeune fille de treize ans, Margareta Weisz, qui a subitement cessé de s’alimenter. Tout en tenant compte des spécificités de ce type de sources, l’analyse des deux feuilles volantes de 1542 qui relatent cette histoire permet de mettre en lumière la manière dont la société de l’époque prémoderne a pu envisager ce qu’on appelle aujourd’hui l’anorexie mentale.

  • Audrey Arnoult, docteure en Sciences de l’Information et de la Communication : Les pratiques anorexiques dans la presse quotidienne française (1995-2009)

Cette communication s’intéresse aux discours médiatiques contemporains portant sur l’anorexie mentale en France. Il s’agit de mettre en lumière les représentations de cette conduite polyfactorielle en prêtant attention plus spécifiquement à la question du facteur déclencheur de cette maladie.