Quelle(s) puissance(s) dans un monde arabe en mutation ?

À la Bibliothèque municipale de Lyon, 30 boulevard Vivier-Merle, 69431 Lyon Cedex 03.

Depuis 2010-2011, le monde arabe a subi dans son ensemble – de la Mauritanie au Sultanat d’Oman –, des bouleversements retentissants. L’émergence d’une société civile dynamique, la confessionnalisation de certains conflits et les interventions étrangères suscitent bien des interrogations sur l’Etat et, au-delà, sur la notion de « puissance ». Ce café vise à apporter des éléments de réponses à travers deux cas d’étude différents : à l’intérieur, celui de deux monarchies du Golfe dont l’influence est croissante, à savoir le Qatar et les Émirats arabes unis (EAU) ; à l’extérieur, celui d’une ancienne « grande puissance » qui aspire à jouer un rôle nouveau dans la région, la Russie.

  • Emma Soubrier, doctorante en science politique « Le Qatar et les Émirats arabes unis : deux « petites puissances » ?

Entre des économies florissantes fondées sur les hydrocarbures, l’affaiblissement des centres historiques du monde arabe (l’Egypte, la Syrie et l’Irak) et une relation nouvelle avec le voisin saoudien, le Qatar et les EAU développent une politique étrangère qui se veut ambitieuse. Parfois qualifiés de « petites puissances », il s’agira à la fois de définir cette notion spécifique et de montrer comment ces deux petits États interrogent en réalité le concept même de « puissance » et son allocation sur la scène régionale et internationale.

  • Adlene Mohammedi, doctorant en géopolitique : « Moscou et le monde arabe : une puissance au service d’un ordre multipolaire ? »

La chute de l’Union soviétique a éloigné à la fois géographiquement et politiquement Moscou du monde arabe. On aurait pu croire que la position russe devant les récents bouleversements dans la région allait exacerber cet éloignement, mais la Russie apparaît au contraire comme un partenaire incontournable mêlant des éléments de « puissance » hérités de la période soviétique et de nouveaux atouts qu’il s’agira d’évoquer.

Arabie saoudite, définition interne et positionnement externe

À la Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand, quai François Mauriac, 75706 Paris.

  • Virginia Cassola, doctorante en muséologie : « Construction et transmission d’une identité nationale complexe : le cas des musées d’Arabie saoudite »

Il s’agit ici de questionner la construction de ces « nouveaux concepts sur l’identité et les valeurs saoudiennes» dans les musées du Royaume, depuis la création du premier Département des Antiquités et des Musées en 1963. Motivées, d’une part, par la volonté de sauvegarder leur turath (patrimoine) et, d’autre part, par les expériences muséologiques internationales, les autorités saoudiennes ont rapidement développé un réseau de musées. Aujourd’hui, celui-ci comprend près de 80 musées publics (gérés par le gouvernement et les universités) et plus de 500 collections et musées privés. L’étude de leur implantation, de leurs collections et du discours exposé permet de répondre à la thèse formulée selon laquelle le musée est un précieux outil de transmission d’une identité nationale saoudienne complexe dans un pays où se côtoient de multiples identités (arabité, islamité, « saoudité », tribalisme…).

  • Emma Soubrier, doctorante en géopolitique : « Les enjeux sécuritaires saoudiens à l’épreuve d’une refonte du jeu régional »

La politique étrangère de l’Arabie saoudite est déterminée par ses préoccupations sécuritaires, lesquelles comportent deux dimensions : garantir la sécurité « dure » du pays contre des menaces extérieures de type classique ou asymétrique et assurer la stabilité du régime. Cette dualité des enjeux sécuritaires saoudiens explique un positionnement régional et international spécifique que nous explorerons. Il s’agira ensuite de montrer comment les bouleversements régionaux récents et les repositionnements stratégiques des acteurs dans la zone représentent un défi pour les dirigeants saoudiens. La refonte de l’échiquier régional que l’on peut déceler aujourd’hui pousse en effet l’Arabie saoudite à adopter des nouvelles stratégies qu’il convient d’analyser afin de mieux anticiper leurs implications futures.

 

Regards croisés sur les révolutions arabes au Proche-Orient

À la Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand, quai François Mauriac, 75706 Paris.

Trois ans, presque jour pour jour, après le déclenchement de la crise syrienne, trois jeunes chercheurs du Collectif Confluence reviennent sur la situation dans la région. A travers trois points de vue différents et complémentaires, il s’agit d’échanger sur les premiers enseignements des bouleversements qui, sans forcément l’ébranler, ont concerné le monde arabe dans son ensemble.

  • Manon-Nour Tannous, doctorante en relations internationales, intervient sur la guerre qui continue de secouer la Syrie ainsi que sur le processus de négociation engagé ; Elie Khoury, consultant, évoquera les rapports de force en Égypte ; Adlene Mohammedi, doctorant en relations internationales, insistera, quant à lui, sur l’implication de la Russie, ainsi que sur la question de l’Etat aussi bien en Syrie que dans le reste du monde arabe.

L’Égypte contemporaine est traversée par l’histoire imbriquée et déchirante de deux figures, celle de l’institution militaire et celle des Frères musulmans. Depuis le départ forcé de l’ancien président Hosni Moubarak, impulsé par une révolution populaire retentissante un temps, les changements prennent forme, les mirages s’établissent lorsque le face à face prend racine. Les ennemis se perdent, lorsqu’il devient difficile d’exprimer d’où vient le mal que traverse les sociétés arabes ; dans ce marasme, une bataille continue pourtant de gagner du champ et d’élargir ses cibles, la finance engagée contre le terrorisme.

Ce que bien des commentateurs ont qualifié de « printemps arabe » a été perçu par Moscou avec beaucoup de scepticisme et de parcimonie. Après la chute de l’URSS, cela aurait pu s’apparenter à un nouveau fossé entre la Russie et le monde arabe. Loin d’être écartée, la Russie apparaît au contraire comme une puissance incontournable, notamment dans le cadre de la crise syrienne. A travers des considérations à la fois géopolitiques, juridiques et purement sécuritaires, c’est la question de la survie de l’Etat qui semble mouvoir la politique étrangère de la Russie dans la région. Une question aujourd’hui centrale dans le monde arabe.

Le premier constat de la Conférence de Genève 2 est la confirmation que les discours du régime syrien et de l’opposition sur la révolution, ses origines et sa légitimité, sont irréconciliables. Mais au-delà, ces négociations semblent avoir fait entrer la crise syrienne dans une nouvelle dimension. Elles consacrent d’une part son internationalisation et d’autre part son inscription dans le temps long, ponctué d’épisodes diplomatiques. Le processus engagé et les causes de son échec doivent ainsi être interrogés : la pertinence du cadre de négociations, les stratégies des acteurs, l’absence de consensus sur ce qui doit être négocié et le rôle des « parrains ».

Actualité des révolutions arabes ; regards croisés sur l’Egypte et la Syrie

À la Bibliothèque municipale de Lyon, 30 boulevard Vivier-Merle, 69431 Lyon Cedex 03.

C’est un événement d’une exceptionnelle brutalité, en Tunisie, celui de l’immolation d’un jeune homme de 26 ans du nom Mohamed Bouazizi qui serait le point de départ d’une longue et contagieuse série de bouleversements ; aux nombreux précédents pourtant, au sein des États arabes. En l’espace de quelques mois, c’est tout le visage d’une région arabe allant du Maghreb au Machrek qui va être redéfini. À l’instant présent, le pouvoir a changé de mains et précisément tombé en Tunisie, en Égypte et en Libye, l’État syrien est déchiré, le Yémen, la Jordanie, l’Algérie, Bahreïn ou le Maroc vivent des moments clés de leur existence tandis que d’autres semblent être pour le moment épargnés. Toutefois et bien que ces États puissent avoir en commun plusieurs revendications exprimées par leur population ainsi qu’en partie le partage de la phraséologie arabe, le culte religieux de l’Islam, ou des héritages politiques ou culturels, les changements observables et sous-jacents sont propres à chaque nation et nécessitent une dissociation.

  • Adlène Mohammedi, doctorant en Relations Internationales : « Les implications internationales de la crise syrienne »

Inattendue, la guerre civile qui vient frapper la Syrie soulève un certain nombre de problématiques internationales. L’ambition de l’intervention consiste à décrypter le conflit en six points. Il s’agit d’abord d’identifier les acteurs, ainsi que le contexte qui a permis cette déchirure, ensuite d’analyser le jeu des alliances (les alliés du régime, puis les alliés de l’opposition). Une importance particulière au voisin libanais sera accordée, dont la perméabilité du territoire pose un certain nombre de questions. L’intervention fera le point sur les négociations internationales, avant de conclure sur la dimension confessionnelle, qui ne doit être ni négligée, ni exagérée.

  • Elie Khoury, analyste en Relation Internationales : « L’envers du décor du soulèvement égyptien »

Cette intervention se concentrera sur l’Égypte, territoire historique, au cœur d’une région sous tensions où les intérêts nationaux et étrangers s’entrechoquent et où le transit énergétique à travers le Canal de Suez est sous très haute surveillance.