Les morts d’Auguste : histoire et élaboration littéraire

À la Bibliothèque municipale de Lyon, 30 boulevard Vivier-Merle, 69431 Lyon Cedex 03.

  • Marion Bellissime et Pauline Duchêne, doctorantes en Lettres classiques. 

La mort d’Auguste, le premier empereur, et la prise de pouvoir de Tibère, son successeur, représentent un moment-clé de l’histoire romaine, car c’est alors que l’instauration du nouveau régime impérial fut véritablement actée, indépendamment de l’existence de son fondateur. Les sources littéraires qui nous les relatent sont au nombre de quatre, trois Latins et un Grec : Velléius Paterculus, Tacite, Suétone et Cassius Dion. Or, si elles se recoupent sur bien des points, elles diffèrent aussi sur beaucoup d’autres, de sorte qu’un examen détaillé soulève plus de questions qu’il ne procure de certitudes. Une sorte de « trame » se dessine cependant, à partir de laquelle nos quatre historiens ont fait des choix narratifs, pour raconter « leur » version de la mort d’Auguste. Plus que d’une tentative de détermination de la vérité historique, en effet, il s’agit de produire un récit qui corresponde à la façon dont chaque auteur a conçu cette transition, mais aussi qui entre dans le cadre plus large de leur projet historiographique : Velléius, le contemporain de Tibère, veut le présenter le plus favorablement possible ; Tacite, au contraire, cherche à le noircir dès le début de son règne et à le rapprocher de Néron ; Suétone tente de démontrer qu’Auguste a bien choisi son héritier ; Cassius Dion clôt un cycle politique commencé avec les guerres civiles de la fin de la République, en élaborant un parallèle rhétorique entre la mort de César, dernier homme fort républicain.