Femmes, conflits et droit

À la Bibliothèque municipale de Lyon, 30 boulevard Vivier-Merle, 69431 Lyon Cedex 03.

  • Lydie Thollot, doctorante en sciences politiques : « Les femmes : nouvel enjeux stratégiques des conflits armés contemporains. Exemple du Kosovo 1998 – 1999 »

Depuis plusieurs années, les guerres ont changé de visage et leurs conséquences ne sont plus les mêmes. La guerre régulière a laissé place aux conflits armés irréguliers. Les populations civiles ne sont plus des dommages collatéraux situés à l’arrière, mais constituent des cibles de premiers choix.

Protagonistes des conflits malgré elles, les femmes deviennent des cibles, parfois privilégiées, considérées non plus comme des butins de guerre, mais comme des enjeux – opportunités – stratégiques. La « Femme » revête une représentation spécifique qui nourrit les velléités des ennemis. C’est une cible fortement symbolique qui entraîne à en faire des victimes particulières. Tout ceci rend la question de la reconstruction post-conflit très difficile : la fracture sociale est douloureuse à penser.

A travers l’exemple du Kosovo, nous chercherons à traduire une réalité politique qui fait échos à de nombreux cas similaires sur la scène internationale. Cette situation de fait est une réalité avec laquelle les sociétés touchées doivent apprendre à se reconstruire.

  • Elena Grujicic, doctorante en sciences politiques : « Les droits de la femme en période de conflit armé »

En temps de guerre, les femmes représentent environ 80% des pertes en vies humaines. De plus, 80% des réfugiés et des personnes déplacées dans leur propre pays, pendant un conflit armé, sont des femmes et des enfants. Aussi, les femmes ne sont plus uniquement des dommages collatéraux, mais elles constituent également des « victimes privilégiées de violations spécifiques et graves du droit international humanitaire », comme le viol, prostitution forcée, exploitation sexuelle, fécondation forcée… La résolution 1325 sur les femmes, la paix et la sécurité adoptée en 2000 préconise une participation égale des femmes aux questions de paix et de sécurité. Elle démontre un intérêt du Conseil de sécurité des Nations Unies concernant la problématique des femmes et de leur situation pendant le conflit, et post conflit. Parallèlement, le Droit International des Droits de l´Homme, le Droit International Humanitaire, et la jurisprudence internationale se sont successivement prononcés sur la question. Il s’agira pour nous de faire le point sur la thématique : « Femme et Conflit » au regard de l’arsenal juridique international, et de son adaptation aux situations de fait.

Regards croisés sur les révolutions arabes au Proche-Orient

À la Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand, quai François Mauriac, 75706 Paris.

Trois ans, presque jour pour jour, après le déclenchement de la crise syrienne, trois jeunes chercheurs du Collectif Confluence reviennent sur la situation dans la région. A travers trois points de vue différents et complémentaires, il s’agit d’échanger sur les premiers enseignements des bouleversements qui, sans forcément l’ébranler, ont concerné le monde arabe dans son ensemble.

  • Manon-Nour Tannous, doctorante en relations internationales, intervient sur la guerre qui continue de secouer la Syrie ainsi que sur le processus de négociation engagé ; Elie Khoury, consultant, évoquera les rapports de force en Égypte ; Adlene Mohammedi, doctorant en relations internationales, insistera, quant à lui, sur l’implication de la Russie, ainsi que sur la question de l’Etat aussi bien en Syrie que dans le reste du monde arabe.

L’Égypte contemporaine est traversée par l’histoire imbriquée et déchirante de deux figures, celle de l’institution militaire et celle des Frères musulmans. Depuis le départ forcé de l’ancien président Hosni Moubarak, impulsé par une révolution populaire retentissante un temps, les changements prennent forme, les mirages s’établissent lorsque le face à face prend racine. Les ennemis se perdent, lorsqu’il devient difficile d’exprimer d’où vient le mal que traverse les sociétés arabes ; dans ce marasme, une bataille continue pourtant de gagner du champ et d’élargir ses cibles, la finance engagée contre le terrorisme.

Ce que bien des commentateurs ont qualifié de « printemps arabe » a été perçu par Moscou avec beaucoup de scepticisme et de parcimonie. Après la chute de l’URSS, cela aurait pu s’apparenter à un nouveau fossé entre la Russie et le monde arabe. Loin d’être écartée, la Russie apparaît au contraire comme une puissance incontournable, notamment dans le cadre de la crise syrienne. A travers des considérations à la fois géopolitiques, juridiques et purement sécuritaires, c’est la question de la survie de l’Etat qui semble mouvoir la politique étrangère de la Russie dans la région. Une question aujourd’hui centrale dans le monde arabe.

Le premier constat de la Conférence de Genève 2 est la confirmation que les discours du régime syrien et de l’opposition sur la révolution, ses origines et sa légitimité, sont irréconciliables. Mais au-delà, ces négociations semblent avoir fait entrer la crise syrienne dans une nouvelle dimension. Elles consacrent d’une part son internationalisation et d’autre part son inscription dans le temps long, ponctué d’épisodes diplomatiques. Le processus engagé et les causes de son échec doivent ainsi être interrogés : la pertinence du cadre de négociations, les stratégies des acteurs, l’absence de consensus sur ce qui doit être négocié et le rôle des « parrains ».