Enfance et éducation des princes et princesses dans l’Espagne des Temps Modernes (XVe-XVIIe siècles)

À la Bibliothèque municipale de Lyon, 30 boulevard Vivier-Merle, 69431 Lyon Cedex 03.

  • Jean-Pierre Dedieu, professeur d’histoire, directeur de recherches CNRS : « Ce qu’on attend d’un prince espagnol »

On attend du prince qu’il se prépare à assumer la fonction royale. Autrement dit, il doit se préparer à l’exercice du pouvoir souverain absolu, que ne limite aucune loi terrestre, que seules contiendront ses qualités morales. Il doit également se préparer à être un chef de bande, capable d’agglutiner autour de lui les chefs des principales familles de ses nombreux royaumes. Il doit enfin se préparer, s’il ne succède pas, à se mettre humblement au service de son ainé, le nouveau roi. Le tout dans un contexte marqué par l’incertitude que fait planer la mort sur les destins individuels.

  • Cécile Codet, doctorante en études hispaniques : « Du miroir de princesse à la somme de patience : l’éducation d’Isabelle de Castille (1470-1498) »

L’infante Isabelle de Castille (1470-1498), fille d’Isabelle la Catholique, fut élevée entre humanisme et morale chrétienne. Fille aînée des Rois Catholiques, elle fut la destinataire de nombreux ouvrages, destinés notamment à son éducation. Allant des règles de la cour aux traités de consolation, ceux-ci permettent de suivre le destin tragique de la princesse.

  • Mouniati Monana-Abdou Chakour, professeure d’histoire-géographie : « Une majesté en construction : l’éducation de Baltasar Carlos, héritier de la monarchie espagnole (1629-1646) »

Baltasar Carlos a porté le titre de prince des Asturies pendant 16 ans. Son manque de gouvernement, dû à sa mort tragique à l’âge de 16 ans à Saragosse, a fait que les historiens se sont peu intéressés à ce personnage. Cependant, en raison de sa qualité d’héritier de la monarchie hispanique, il est un personnage central des années 1620-1640 dont l’existence entre en relation avec le contexte politique, culturel et social de ces deux décennies. Notre communication s’intéressera à un processus bien singulier de la vie d’un prince héritier : son éducation.

Guerre et amour dans la littérature hispanophone : pensées et représentations de deux forces antagonistes à travers les siècles

À la Bibliothèque municipale de Lyon, 30 boulevard Vivier-Merle, 69431 Lyon Cedex 03.

Si les textes littéraires se font l’écho des passions des hommes, deux d’entre elles, l’amour et la guerre, structurent souvent le récit. Mais pourquoi associer, dans l’écriture romanesque et théâtrale, dans la pensée philosophique et littéraire, ces deux réalités que tout semble opposer ? Les trois interventions envisageront trois modalités des rapports entre ces deux forces antagonistes dans la production littéraire de langue espagnole depuis les traités de la Castille médiévale jusqu’aux textes de l’Espagne et de l’Amérique Centrale contemporaines.

  • Mélanie Juste, doctorante en études hispaniques : « Guerre et amour : l’union de Mars et Vénus dans la pensée médiévale à la fin du Moyen Âge en Castille »

La philosophie castillane de la fin du Moyen Âge s’intéresse à l’amour et à la guerre parce que tous deux sont des terrains propices à l’étude des passions humaines. En effet, l’une et l’autre de ces réalités permettent d’assister à un déchainement de forces, qu’elles soient créatrices ou destructrices. Pourtant, ces forces ne s’opposent pas aussi nettement que l’on pourrait le penser ; au contraire, la philosophie et la littérature nous montrent qu’elles sont étroitement liées, tant sur le plan passionnel que langagier : de l’amour comme moteur de la guerre à la métaphore de la conquête amoureuse, les allégories structurent et donnent une cohérence à la pensée médiévale.

  • Vanessa Perdu, doctorante en études hispaniques : « La nouvelle centraméricaine entre violence et passion »

Durant la deuxième moitié du XXe siècle, l’Amérique Centrale a été le théâtre d’une série d’affrontements armés, guerres et guérillas qui ont laissé la région profondément meurtrie. Les nouvelles publiées pendant cette période se font l’écho de cette réalité, la transcrivant, ou faisant figurer l’amour comme contrepoids à la violence omniprésente.

  • Claire Dutoya, doctorante en études hispaniques : « Le bombardement de Guernica au théâtre : l’amour sous les bombes »

Le bombardement de Guernica, qui a eu lieu le 26 avril 1937, pendant la guerre civile espagnole, a marqué la littérature espagnole contemporaine. Ce bombardement dirigé contre la population civile a été mis en scène par plusieurs dramaturges espagnols dont Fernando Arrabal, Ignacio Amestoy et Jerónimo López Mozo. La pièce Guernica, un grito, 1937 écrite par Ignacio Amestoy constitue un prisme intéressant pour analyser la représentation de la guerre et de l’amour en temps de guerre. Alors que les bombes pleuvent, l’amour des deux protagonistes intensifie la représentation tragique du bombardement.