Enfance et éducation des princes et princesses dans l’Espagne des Temps Modernes (XVe-XVIIe siècles)

À la Bibliothèque municipale de Lyon, 30 boulevard Vivier-Merle, 69431 Lyon Cedex 03.

  • Jean-Pierre Dedieu, professeur d’histoire, directeur de recherches CNRS : « Ce qu’on attend d’un prince espagnol »

On attend du prince qu’il se prépare à assumer la fonction royale. Autrement dit, il doit se préparer à l’exercice du pouvoir souverain absolu, que ne limite aucune loi terrestre, que seules contiendront ses qualités morales. Il doit également se préparer à être un chef de bande, capable d’agglutiner autour de lui les chefs des principales familles de ses nombreux royaumes. Il doit enfin se préparer, s’il ne succède pas, à se mettre humblement au service de son ainé, le nouveau roi. Le tout dans un contexte marqué par l’incertitude que fait planer la mort sur les destins individuels.

  • Cécile Codet, doctorante en études hispaniques : « Du miroir de princesse à la somme de patience : l’éducation d’Isabelle de Castille (1470-1498) »

L’infante Isabelle de Castille (1470-1498), fille d’Isabelle la Catholique, fut élevée entre humanisme et morale chrétienne. Fille aînée des Rois Catholiques, elle fut la destinataire de nombreux ouvrages, destinés notamment à son éducation. Allant des règles de la cour aux traités de consolation, ceux-ci permettent de suivre le destin tragique de la princesse.

  • Mouniati Monana-Abdou Chakour, professeure d’histoire-géographie : « Une majesté en construction : l’éducation de Baltasar Carlos, héritier de la monarchie espagnole (1629-1646) »

Baltasar Carlos a porté le titre de prince des Asturies pendant 16 ans. Son manque de gouvernement, dû à sa mort tragique à l’âge de 16 ans à Saragosse, a fait que les historiens se sont peu intéressés à ce personnage. Cependant, en raison de sa qualité d’héritier de la monarchie hispanique, il est un personnage central des années 1620-1640 dont l’existence entre en relation avec le contexte politique, culturel et social de ces deux décennies. Notre communication s’intéressera à un processus bien singulier de la vie d’un prince héritier : son éducation.

L’enfant, de la réalité à l’idéal : éducation et représentation à la Renaissance

À la Bibliothèque municipale de Lyon, 30 boulevard Vivier-Merle, 69431 Lyon Cedex 03.

Dès la Renaissance, l’image et le texte faisaient partie de l’attirail de pédagogues renommés comme G. Dominici ou J. L. Vives. Nous chercherons donc à savoir comment ces outils ont été utilisés pour éduquer des enfants et leur inculquer, notamment, les vertus chrétiennes

  • Cécile Codet, doctorante en études hispaniques : « L’éducation d’une princesse anglaise »

Pour éduquer Marie Tudor, la fille qu’elle eut avec Henry VIII, Catherine d’Aragon fit appel à l’humaniste Juan Luis Vives. Quelle éducation recevait une princesse au début du XVIe siècle ? Entre rigueur morale et transmission des savoirs, Juan Luis Vives apporte une réponse originale.

  • Fabien Lacouture, doctorant en histoire : « L’exemplarité des enfants saints »

L’abbé dominicain Giovanni Dominici, dans sa Regola del Governo del Cura Familiare, met en place une éducation des enfants à travers les images saintes. Entre la Présentation de la Vierge au Temple, l’absence de toute représentation de l’enfance de Jésus ou encore le motif de Tobie et l’ange, nous étudierons quelques cas d’enfances saintes et les messages qu’ils étaient censés transmettre aux jeunes spectateurs.