Le stoïcisme aujourd’hui : présences et pertinence

À la Bibliothèque municipale de Lyon, 30 boulevard Vivier-Merle, 69431 Lyon Cedex 03.

  • Jordi Pià, Maître de conférences en latin : « Puiser dans le stoïcisme un modèle de spiritualité libre ? »

A l’heure où les philosophes et les théologiens en Occident s’interrogent sur les tensions entre religions monothéistes et liberté humaine, le stoïcisme peut, à notre sens, offrir un modèle de spiritualité libre. Pour cela nous partirons d’une citation de Marguerite Yourcenar qui écrit: « Ce 2e siècle m’intéresse parce qu’il fut, pour un temps fort long, celui des derniers hommes libres. En ce qui nous concerne, nous sommes peut-être déjà fort loin de ce temps-là ».

Les Stoïciens s’efforcent d’acquérir l’autonomie morale à travers l’ascèse morale qui libèrera l’homme de ses passions. Pourtant, aspect négligé par les Antiquisants, ces exercices spirituels qui nous mettent en rapport avec le divin – le dieu cosmique et notre âme – peuvent revêtir une dimension religieuse lorsque, par exemple, Sénèque, Épictète ou Marc Aurèle recourent au genre de l’hymne ou de la prière.

Partant des réflexions personnelles de M. Yourcenar sur le stoïcisme dans les Mémoires d’Hadrien, nous nous demanderons alors dans quelle mesure ce modèle de piété peut nous aider à fonder une spiritualité moderne, garante de la liberté humaine.

  • Maël Goarzin, doctorant en philosophie : « Les présences du stoïcisme aujourd’hui »

Peu de personnes aujourd’hui se revendiquent « stoïciens », et pourtant la philosophie stoïcienne est présente dans de nombreux milieux, que ce soit en psychologie, dans les théories du développement personnel, ou encore dans la culture populaire. Quel est ce stoïcisme présent à l’heure actuelle dans le langage courant, au cinéma, ou dans les magazines de psychologie ? Cette intervention tentera ainsi de faire le point sur un certain nombre d’usages du stoïcisme, et sur l’existence d’une sorte de sagesse universelle dont le stoïcisme serait l’expression la plus courante aujourd’hui dans le monde occidental.

  • Konstantin Büchler, diplômé en philosophie : « Pourquoi se poser la question de la pertinence du stoïcisme pour aujourd’hui ? »

L’école stoïcienne a exercé son attrait bien après Marc-Aurèle, son dernier représentant. Aujourd’hui, un nombre important d’intellectuels, dont par exemple ceux qui constituent le collectif Stoicism today, revendiquent leur adhésion à l’éthique stoïcienne ou, du moins, à une partie de cette dernière. Mais pourquoi chercher à montrer la pertinence d’une pensée antique, alors que tant d’options philosophiques sont de nos jours disponibles ? Et pourquoi le stoïcisme en particulier ? N’est-il pas naïf, voir irresponsable, de se réapproprier un système de pensée plutôt que de favoriser l’éclectisme, marque du pluralisme de nos sociétés ?

Le feu et la mort dans l’Antiquité

À la Bibliothèque municipale de Lyon, 30 boulevard Vivier-Merle, 69431 Lyon Cedex 03.

Que ce soit chez les Étrusques, les Grecs ou les Romains, le feu a toujours eu un rôle prépondérant dans les rites funéraires. Symbole de lumière, de renaissance ou d’héroïsation, il est présent sous diverses formes au cours des rituels, du feu destructeur de la crémation au mobilier luminaire placé dans les tombes en passant par les représentations qu’on y trouve. Ces trois interventions abordent trois de ces formes, dans trois civilisations différentes.

  • Ariane Huteau, doctorante en archéologie : « La crémation en Italie protohistorique. L’exemple de la culture villanoviano-étrusque »

Le rituel funéraire de la crémation, dominant au cours du IXe siècle avant notre ère en Italie, est progressivement abandonné au profit de l’inhumation dans certaines régions de la Grande Etrurie. On se propose ici de se questionner sur les implications matérielles soulevées par ce choix rituel et surtout sur sa portée idéologique et symbolique auprès des populations villanoviano-étrusques.

  • Fabien Bièvre-Perrin, doctorant en archéologie : « Un symbole de renaissance italiote : la torche en croix »

Il existe en Grande-Grèce (Italie du sud) un motif iconographique que l’on n’observe nulle part ailleurs : la torche en croix. Ce flambeau se terminant par quatre branches appartient à l’univers des déesses d’Eleusis, Déméter et Perséphone, et aux rites d’initiations auxquels elles président. Symbole de renaissance, on le retrouve logiquement sur les vases à figures rouges des tombes de la région et dans les sanctuaires des deux déesses.

  • Arnaud Galliègue, doctorant en archéologie : « Les lampes à huile dans le cadre funéraire : les exemples de Lugdunum »

Le fait de déposer une ou plusieurs lampes auprès du défunt est une coutume typiquement romaine qui se développe véritablement en Gaule à partir de la fin de l’ère augustéenne et qui perdure jusqu’au Bas Empire. Par l’étude taphonomique de ce matériel dans un tel cadre, on se questionne sur l’aspect symbolique revêtu par la lumière au cours des cérémonie funéraires, de la veillée mortuaire à l’ensevelissement définitif du défunt.

Les morts d’Auguste : histoire et élaboration littéraire

À la Bibliothèque municipale de Lyon, 30 boulevard Vivier-Merle, 69431 Lyon Cedex 03.

  • Marion Bellissime et Pauline Duchêne, doctorantes en Lettres classiques. 

La mort d’Auguste, le premier empereur, et la prise de pouvoir de Tibère, son successeur, représentent un moment-clé de l’histoire romaine, car c’est alors que l’instauration du nouveau régime impérial fut véritablement actée, indépendamment de l’existence de son fondateur. Les sources littéraires qui nous les relatent sont au nombre de quatre, trois Latins et un Grec : Velléius Paterculus, Tacite, Suétone et Cassius Dion. Or, si elles se recoupent sur bien des points, elles diffèrent aussi sur beaucoup d’autres, de sorte qu’un examen détaillé soulève plus de questions qu’il ne procure de certitudes. Une sorte de « trame » se dessine cependant, à partir de laquelle nos quatre historiens ont fait des choix narratifs, pour raconter « leur » version de la mort d’Auguste. Plus que d’une tentative de détermination de la vérité historique, en effet, il s’agit de produire un récit qui corresponde à la façon dont chaque auteur a conçu cette transition, mais aussi qui entre dans le cadre plus large de leur projet historiographique : Velléius, le contemporain de Tibère, veut le présenter le plus favorablement possible ; Tacite, au contraire, cherche à le noircir dès le début de son règne et à le rapprocher de Néron ; Suétone tente de démontrer qu’Auguste a bien choisi son héritier ; Cassius Dion clôt un cycle politique commencé avec les guerres civiles de la fin de la République, en élaborant un parallèle rhétorique entre la mort de César, dernier homme fort républicain.