Echos d’un sacerdoce au siècle du chemin de fer

À la Bibliothèque municipale de Lyon, 30 boulevard Vivier-Merle, 69431 Lyon Cedex 03.

  • Vincent Bierce, doctorant en Littérature française : « La robe noire en crise. Le prêtre chez Balzac »

Le prêtre, dans la première moitié du XIXe siècle et chez Balzac, est un acteur central de la société française. Dans La Comédie humaine, il est l’une des trois « robes noires » qui, avec le médecin et l’homme de justice, portent un regard aiguisé sur le monde, en connaissent les coulisses et les lois qui le meuvent. Mais, plus encore que le médecin ou l’homme de loi, le prêtre balzacien est soumis à un traitement littéraire particulier qui met à mal l’autorité inhérente à sa fonction. Tantôt confesseur charitable et respecté, tantôt pantin mystifié et ironisé, l’homme de Dieu tient une place importante dans la comédie des hommes. Cette communication s’attachera donc à étudier ce que signifie être prêtre chez Balzac et à montrer quels sont les dangers romanesques qui, en Balzacie, pèsent sur un personnage emblématique de la littérature.

  • Yannick Balant, doctorant en littérature française : « Sanctitas et ministère divin. Notes sur une figure de prêtre dans Les Misérables »

Parmi les nombreux personnages qui surgissent à l’évocation des Misérables, on se rappelle parfois l’évêque de Digne, Monseigneur Myriel. Figure tutélaire, qui ouvre le texte dans une longue série de chapitres courts, puis qui préside à la rédemption sans cesse poursuivie de Jean Valjean, Bienvenu Myriel semble mettre en oeuvre toutes les vertus attendues d’un saint homme. Pourtant, si l’on songe, par exemple, à l’archidiacre Frollo dans Notre Dame de Paris ou aux prises de positions anticléricales de Hugo à la tribune, ce portrait peut surprendre par sa perspective résolument hagiographique, qui ne dessine aucune faille, ni ne laisse voir aucune part d’ombre. Notre étude s’attachera donc à mesurer la portée de la vie et des actes de Monseigneur Myriel, susceptibles sous la plume du romancier de restaurer une certaine image du prêtre comme guide et soutien d’une humanité en proie aux misères.

  • Nicolas Bianchi, pensionnaire à la Maison Française d’Oxford, élève de l’ENS de Lyon : « Un ministère au cœur de la tourmente. Visages de clercs dans une littérature crépusculaire, 1914-1930 »

Lorsqu’éclata la guerre de 1914-1918, l’État était entré depuis peu dans une phase absolument inédite de ses rapports avec le clergé. Avec la loi de 1901 sur la reconnaissance légale des congrégations religieuses par le Conseil d’État, la loi de séparation de l’Église et de l’État ou encore la loi des « curés sac au dos » (1905), qui instaurait le service militaire pour les clercs et devait entraîner la mobilisation de nombre d’entre eux en 1914, la IIIe République avait adopté une posture résolument anticléricale qui allait forcer nombre de prêtres à entrer de plain-pied au cœur de la guerre moderne. Simples soldats, membres du personnel soignant ou encore aumôniers militaires, ils prirent ainsi le chemin des tranchées et justifièrent la place qu’ils devaient avoir dans la littérature de témoignage de l’époque. Car les portraits de ces hommes au cœur du conflit ne manquent pas, et reflètent la complexité de l’image d’un clergé qui restaure une confiance par son engagement mais doit pallier les souffrances que bien des soldats lient à une absence de Dieu. Prêtres confesseurs, guérisseurs, compagnons de combat ; propagandistes du front, tartuffes, prêtres et dignitaires de l’Arrière, pour lesquels aucune sympathie n’affleure, s’agrègent en une image du clergé complexe et ambiguë, teintée de haine, de reconnaissance et de fascination, que la présente étude tentera de restituer en étudiant le regard porté par des combattants non-clercs que les formes de la guerre moderne ont dépossédés de tout repère.

Esthétique urbaine

À la Bibliothèque municipale de Lyon, 30 boulevard Vivier-Merle, 69431 Lyon Cedex 03.

  • Louise Melin, professeure de philosophie : « L’expérience esthétique de la ville, quels enjeux ? »

L’esthétique est traditionnellement perçue comme un domaine subjectif et mineur de l’expérience humaine. Appréhendée à l’aune des enjeux urbains du XXIe siècle, elle semble là encore reléguée à un second rang, ou assimilée à un rôle simplement décoratif. Mais l’expérience esthétique urbaine ne nous indique-t-elle rien de plus fondamental quant à la façon dont nous habitons, transformons et pensons nos villes ?

  • Pierre-Damien Laurent, doctorant en histoire de l’art : « Place et faveur de l’esthétique dans l’habitat lyonnais au XVIe siècle »

À l’époque moderne la Ville subit les changements notables. Les modèles de villes idéales diffusés par l’imprimerie et inspirés de l’antiquité se recommandent par la généreuse proportion des voies, la rationalisation et la régularité de l’espace qu’elles consentent, la part accordée aux perspectives, la mise en valeur des nouveaux édifices. Qu’en est-il du Lyon du XVIe siècle ? Entre partis de construction privés et publics, la part allouée à l’esthétique, recluse entre exigences de commodité et de salubrité, connait-elle un essor significatif ?

  • Yannis Cosmas, doctorant en Sciences de l’information et de la communication : « Un bâtiment ancien, d’une beauté… »

L’esthétique d’un bâtiment peut-elle demeurer sans énoncer son objet présent ? Tel est le cas se posant au travers de la campagne de presse pour la création du musée de la Ville de Lyon à l’Hôtel de Gadagne, autour de 1900. Car il y avait alors un désir hérité de créer un musée pour promouvoir le bâti ancien de la Ville de Lyon, mais sans savoir où ce musée s’installerait. Il se trouva alors un groupe de militants avec à leur tête Félix Desvernay (1854-1917), pressenti pour devenir le directeur de ce musée, pour amorcer une réflexion à ce propos. Mais celle-ci n’aboutira qu’une vingtaine d’années plus tard (en 1921), après la mort de cet homme.

Nourrir la planète : la nutrition, garantie de santé ?

Le Collectif Confluence a organisé les rencontres préparatoires de la région Rhône-Alpes pour l’Exposition Universelle Milan 2015 « Nourrir la planète, énergie pour la vie ». Plusieurs rencontres ont ainsi eu lieu en 2015 en région Rhône-Alpes pour mobiliser les rhônalpins, permettre la réflexion collective afin de participer de manière constructive à l’Exposition Universelle de Milan.

  • Rencontre préparatoire Milan 2015 : « Nourrir la planète : la nutrition, garantie de santé ? », le 14 novembre 2014 au pôle Alimentec, Bourg-en-Bresse.

Nourrir la planète : enjeux et prospectives

Le Collectif Confluence a organisé les rencontres préparatoires de la région Rhône-Alpes pour l’Exposition Universelle Milan 2015 « Nourrir la planète, énergie pour la vie ». Plusieurs rencontres ont ainsi eu lieu en 2015 en région Rhône-Alpes pour mobiliser les rhônalpins, permettre la réflexion collective afin de participer de manière constructive à l’Exposition Universelle de Milan.

  • Rencontre préparatoire Milan 2015 : « Nourrir la planète : enjeux et prospectives », le 15 septembre 2014 à l’Hôtel de Région, Lyon.

Rencontres estivales 2014

Le Collectif Confluence organise en partenariat avec la Villa Gillet des rencontres estivales invitant les jeunes chercheurs en sciences humaines et sociales, lettres et arts à réfléchir, échanger et partager leurs travaux sous le signe de la transdisciplinarité et de la convivialité. Nous discutons ensemble des recherches de chacun au prisme d’une notion indicative commune, et en profiterons pour mieux nous connaître, être un plus qu’un « réseau ». Les rencontres estivales sont un événement, un lieu et un moment pour le développement de relations intellectuelles et amicales.

Les rencontres estivales ont lieu les 2, 3 et 4 juillet 2014 à la Villa Gillet, 25, rue Chazière, 69004 Lyon.

Le 2 juillet 2014

10h00-12h00 : speed dating sur la thèse.

14h00-16h00 : speed dating sur la thèse.

Le 3 juillet 2014

10h00-12h00 : état des politiques de recherche en 2014, par Alexine Fontaine.

14h00-16h00 : promenade urbaine menée par Yannis Cosmas, doctorant au laboratoire Triangle, université Lyon 2.

Le 4 juillet 2014

10h00-12h00 : « Comprendre les lieux de la mouvance du Libre : comment croiser approches qualitatives et big data ? » par Pierre-Amiel Giraud, doctorant laboratoire ADESS, université Bordeaux 3.

14h00-16h00 : « Prospective / Design / Fiction / Inspiration en SHS », par Nicolas Nova, enseignant et chercheur en design d’interaction, HESGE, École Polytechnique Fédérale de Lausanne.

Chaque journée est ponctuée d’un déjeuner en commun.

La Villa Gillet est située à Lyon, dans le Parc de la Cerisaie. C’est une institution culturelle qui s’intéresse à toutes les formes de la culture. C’est un lieu qui rassemble artistes, écrivains, romanciers et chercheurs du monde entier pour nourrir une réflexion publique autour des questions de notre temps à l’occasion de conférences, débats, tables rondes, et lectures.

Arabie saoudite, définition interne et positionnement externe

À la Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand, quai François Mauriac, 75706 Paris.

  • Virginia Cassola, doctorante en muséologie : « Construction et transmission d’une identité nationale complexe : le cas des musées d’Arabie saoudite »

Il s’agit ici de questionner la construction de ces « nouveaux concepts sur l’identité et les valeurs saoudiennes» dans les musées du Royaume, depuis la création du premier Département des Antiquités et des Musées en 1963. Motivées, d’une part, par la volonté de sauvegarder leur turath (patrimoine) et, d’autre part, par les expériences muséologiques internationales, les autorités saoudiennes ont rapidement développé un réseau de musées. Aujourd’hui, celui-ci comprend près de 80 musées publics (gérés par le gouvernement et les universités) et plus de 500 collections et musées privés. L’étude de leur implantation, de leurs collections et du discours exposé permet de répondre à la thèse formulée selon laquelle le musée est un précieux outil de transmission d’une identité nationale saoudienne complexe dans un pays où se côtoient de multiples identités (arabité, islamité, « saoudité », tribalisme…).

  • Emma Soubrier, doctorante en géopolitique : « Les enjeux sécuritaires saoudiens à l’épreuve d’une refonte du jeu régional »

La politique étrangère de l’Arabie saoudite est déterminée par ses préoccupations sécuritaires, lesquelles comportent deux dimensions : garantir la sécurité « dure » du pays contre des menaces extérieures de type classique ou asymétrique et assurer la stabilité du régime. Cette dualité des enjeux sécuritaires saoudiens explique un positionnement régional et international spécifique que nous explorerons. Il s’agira ensuite de montrer comment les bouleversements régionaux récents et les repositionnements stratégiques des acteurs dans la zone représentent un défi pour les dirigeants saoudiens. La refonte de l’échiquier régional que l’on peut déceler aujourd’hui pousse en effet l’Arabie saoudite à adopter des nouvelles stratégies qu’il convient d’analyser afin de mieux anticiper leurs implications futures.

 

Enfance et éducation des princes et princesses dans l’Espagne des Temps Modernes (XVe-XVIIe siècles)

À la Bibliothèque municipale de Lyon, 30 boulevard Vivier-Merle, 69431 Lyon Cedex 03.

  • Jean-Pierre Dedieu, professeur d’histoire, directeur de recherches CNRS : « Ce qu’on attend d’un prince espagnol »

On attend du prince qu’il se prépare à assumer la fonction royale. Autrement dit, il doit se préparer à l’exercice du pouvoir souverain absolu, que ne limite aucune loi terrestre, que seules contiendront ses qualités morales. Il doit également se préparer à être un chef de bande, capable d’agglutiner autour de lui les chefs des principales familles de ses nombreux royaumes. Il doit enfin se préparer, s’il ne succède pas, à se mettre humblement au service de son ainé, le nouveau roi. Le tout dans un contexte marqué par l’incertitude que fait planer la mort sur les destins individuels.

  • Cécile Codet, doctorante en études hispaniques : « Du miroir de princesse à la somme de patience : l’éducation d’Isabelle de Castille (1470-1498) »

L’infante Isabelle de Castille (1470-1498), fille d’Isabelle la Catholique, fut élevée entre humanisme et morale chrétienne. Fille aînée des Rois Catholiques, elle fut la destinataire de nombreux ouvrages, destinés notamment à son éducation. Allant des règles de la cour aux traités de consolation, ceux-ci permettent de suivre le destin tragique de la princesse.

  • Mouniati Monana-Abdou Chakour, professeure d’histoire-géographie : « Une majesté en construction : l’éducation de Baltasar Carlos, héritier de la monarchie espagnole (1629-1646) »

Baltasar Carlos a porté le titre de prince des Asturies pendant 16 ans. Son manque de gouvernement, dû à sa mort tragique à l’âge de 16 ans à Saragosse, a fait que les historiens se sont peu intéressés à ce personnage. Cependant, en raison de sa qualité d’héritier de la monarchie hispanique, il est un personnage central des années 1620-1640 dont l’existence entre en relation avec le contexte politique, culturel et social de ces deux décennies. Notre communication s’intéressera à un processus bien singulier de la vie d’un prince héritier : son éducation.

Regards croisés sur les révolutions arabes au Proche-Orient

À la Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand, quai François Mauriac, 75706 Paris.

Trois ans, presque jour pour jour, après le déclenchement de la crise syrienne, trois jeunes chercheurs du Collectif Confluence reviennent sur la situation dans la région. A travers trois points de vue différents et complémentaires, il s’agit d’échanger sur les premiers enseignements des bouleversements qui, sans forcément l’ébranler, ont concerné le monde arabe dans son ensemble.

  • Manon-Nour Tannous, doctorante en relations internationales, intervient sur la guerre qui continue de secouer la Syrie ainsi que sur le processus de négociation engagé ; Elie Khoury, consultant, évoquera les rapports de force en Égypte ; Adlene Mohammedi, doctorant en relations internationales, insistera, quant à lui, sur l’implication de la Russie, ainsi que sur la question de l’Etat aussi bien en Syrie que dans le reste du monde arabe.

L’Égypte contemporaine est traversée par l’histoire imbriquée et déchirante de deux figures, celle de l’institution militaire et celle des Frères musulmans. Depuis le départ forcé de l’ancien président Hosni Moubarak, impulsé par une révolution populaire retentissante un temps, les changements prennent forme, les mirages s’établissent lorsque le face à face prend racine. Les ennemis se perdent, lorsqu’il devient difficile d’exprimer d’où vient le mal que traverse les sociétés arabes ; dans ce marasme, une bataille continue pourtant de gagner du champ et d’élargir ses cibles, la finance engagée contre le terrorisme.

Ce que bien des commentateurs ont qualifié de « printemps arabe » a été perçu par Moscou avec beaucoup de scepticisme et de parcimonie. Après la chute de l’URSS, cela aurait pu s’apparenter à un nouveau fossé entre la Russie et le monde arabe. Loin d’être écartée, la Russie apparaît au contraire comme une puissance incontournable, notamment dans le cadre de la crise syrienne. A travers des considérations à la fois géopolitiques, juridiques et purement sécuritaires, c’est la question de la survie de l’Etat qui semble mouvoir la politique étrangère de la Russie dans la région. Une question aujourd’hui centrale dans le monde arabe.

Le premier constat de la Conférence de Genève 2 est la confirmation que les discours du régime syrien et de l’opposition sur la révolution, ses origines et sa légitimité, sont irréconciliables. Mais au-delà, ces négociations semblent avoir fait entrer la crise syrienne dans une nouvelle dimension. Elles consacrent d’une part son internationalisation et d’autre part son inscription dans le temps long, ponctué d’épisodes diplomatiques. Le processus engagé et les causes de son échec doivent ainsi être interrogés : la pertinence du cadre de négociations, les stratégies des acteurs, l’absence de consensus sur ce qui doit être négocié et le rôle des « parrains ».

Le feu et la mort dans l’Antiquité

À la Bibliothèque municipale de Lyon, 30 boulevard Vivier-Merle, 69431 Lyon Cedex 03.

Que ce soit chez les Étrusques, les Grecs ou les Romains, le feu a toujours eu un rôle prépondérant dans les rites funéraires. Symbole de lumière, de renaissance ou d’héroïsation, il est présent sous diverses formes au cours des rituels, du feu destructeur de la crémation au mobilier luminaire placé dans les tombes en passant par les représentations qu’on y trouve. Ces trois interventions abordent trois de ces formes, dans trois civilisations différentes.

  • Ariane Huteau, doctorante en archéologie : « La crémation en Italie protohistorique. L’exemple de la culture villanoviano-étrusque »

Le rituel funéraire de la crémation, dominant au cours du IXe siècle avant notre ère en Italie, est progressivement abandonné au profit de l’inhumation dans certaines régions de la Grande Etrurie. On se propose ici de se questionner sur les implications matérielles soulevées par ce choix rituel et surtout sur sa portée idéologique et symbolique auprès des populations villanoviano-étrusques.

  • Fabien Bièvre-Perrin, doctorant en archéologie : « Un symbole de renaissance italiote : la torche en croix »

Il existe en Grande-Grèce (Italie du sud) un motif iconographique que l’on n’observe nulle part ailleurs : la torche en croix. Ce flambeau se terminant par quatre branches appartient à l’univers des déesses d’Eleusis, Déméter et Perséphone, et aux rites d’initiations auxquels elles président. Symbole de renaissance, on le retrouve logiquement sur les vases à figures rouges des tombes de la région et dans les sanctuaires des deux déesses.

  • Arnaud Galliègue, doctorant en archéologie : « Les lampes à huile dans le cadre funéraire : les exemples de Lugdunum »

Le fait de déposer une ou plusieurs lampes auprès du défunt est une coutume typiquement romaine qui se développe véritablement en Gaule à partir de la fin de l’ère augustéenne et qui perdure jusqu’au Bas Empire. Par l’étude taphonomique de ce matériel dans un tel cadre, on se questionne sur l’aspect symbolique revêtu par la lumière au cours des cérémonie funéraires, de la veillée mortuaire à l’ensevelissement définitif du défunt.

Les morts d’Auguste : histoire et élaboration littéraire

À la Bibliothèque municipale de Lyon, 30 boulevard Vivier-Merle, 69431 Lyon Cedex 03.

  • Marion Bellissime et Pauline Duchêne, doctorantes en Lettres classiques. 

La mort d’Auguste, le premier empereur, et la prise de pouvoir de Tibère, son successeur, représentent un moment-clé de l’histoire romaine, car c’est alors que l’instauration du nouveau régime impérial fut véritablement actée, indépendamment de l’existence de son fondateur. Les sources littéraires qui nous les relatent sont au nombre de quatre, trois Latins et un Grec : Velléius Paterculus, Tacite, Suétone et Cassius Dion. Or, si elles se recoupent sur bien des points, elles diffèrent aussi sur beaucoup d’autres, de sorte qu’un examen détaillé soulève plus de questions qu’il ne procure de certitudes. Une sorte de « trame » se dessine cependant, à partir de laquelle nos quatre historiens ont fait des choix narratifs, pour raconter « leur » version de la mort d’Auguste. Plus que d’une tentative de détermination de la vérité historique, en effet, il s’agit de produire un récit qui corresponde à la façon dont chaque auteur a conçu cette transition, mais aussi qui entre dans le cadre plus large de leur projet historiographique : Velléius, le contemporain de Tibère, veut le présenter le plus favorablement possible ; Tacite, au contraire, cherche à le noircir dès le début de son règne et à le rapprocher de Néron ; Suétone tente de démontrer qu’Auguste a bien choisi son héritier ; Cassius Dion clôt un cycle politique commencé avec les guerres civiles de la fin de la République, en élaborant un parallèle rhétorique entre la mort de César, dernier homme fort républicain.

Groupe Cristal Crédit

Intelligence économique et stratégique

Le Groupe Cristal Credit se concentre à l’investigation et conseil dans la sphère financière. Ses consultants accompagnent des institutionnels dans l’analyse, la compréhension et le déploiement dans des contextes de fusions et acquisitions principalement.

Dans des milieux globalisés et interconnectés, la lecture des relations stratégiques se complique et les risques s’en trouvent multipliés à la défaveur des agissants. Aux fins de garantir à ses demandeurs transparence et viabilité découlant de règles nationales et internationales dans les échanges entre acteurs stratégiques, le Groupe Cristal Credit instruit, sur les sociétés et leurs dirigeants, des rapports.

Ce qui est observé, la fiabilité économique, les réseaux financiers, mais également les possibles malversations, fraudes, blanchiment et connexions irrégulières.

Le groupe prend racine à Lyon pour se déployer aux États-Unis d’Amérique, au Brésil, en Argentine, en Chine et au Panama avec pour appuis locaux, des représentants à Londres, au Sénégal, en Suisse, en Arabie-Saoudite, en Russie ou encore au Liban.

Ce qui conduit le Groupe Cristal Credit à promouvoir ce prix, c’est d’être originellement composé lui-même d’hommes et de femmes issus des universités et écoles françaises, enrichis d’origines et expériences étrangères et poursuivant parallèlement, des implications dans les sphères associatives ou caritatives ; partageant une émulation humaine et intellectuelle pour les défis d’aujourd’hui et de demain.

En soutenant le Collectif Confluence, le Groupe Cristal Credit a souhaité apporter son soutien à celles et ceux qui seront demain, des passerelles entre les continents et participeront à une meilleure compréhension des enjeux actuels et futurs.

Se vêtir au féminin : pratiques et enjeux du vêtement aux XVIIe et XXe siècles

À la Bibliothèque municipale de Lyon, 30 boulevard Vivier-Merle, 69431 Lyon Cedex 03.

Les études sur les femmes sont neuves, quelque soient les domaines envisagés ; cependant, elles ont immédiatement revêtu un caractère précis, les chercheurs s’intéressant au quotidien des femmes, à leurs droits, à leur rapport à la maternité, au travail… Que l’on aborde l’angle historique ou sociologique, la réflexion sur les femmes amène des questionnements autour des différenciations de genre. Or, quel outil plus représentatif que le vêtement pour distinguer hommes et femmes, ou pour les rapprocher ? Il est question ici du rapport que les femmes ont vis-à-vis du vêtement, et de la manière dont la représentation du vêtement participe des différenciations sociales et de genre.

  • Pauline Ferrier, doctorante en histoire : « Le vêtement : objet possédé, objet symbolique dans la France du XVIIe siècle »

Cette communication, basée essentiellement sur des inventaires après décès, vise à s’interroger sur les habits portés par les femmes de ministres de Louis XIV, mais surtout, sur l’idée que ces vêtements sont autant de représentations d’une certaine fortune et d’un certain rang revendiqués par la femme noble qui les porte au XVIIe siècle.

  • Léonie Lauvaux, doctorante en arts plastiques : « La robe. Histoire d’un récit au féminin »

La communication de Léonie Lauvaux s’attachera à l’apparition des robes dans le domaine des arts-plastiques. Représentation du féminin par excellence, elles vont pourtant être mise à mal, interrogeant les limites du féminin. Et c’est toute une histoire des femmes qui va se jouer autour de cet élément tissé, cousu, assemblé, voir même déchiré, à la fois linceul et symbole d’espérance.

Quelles sont les façons de protéger les recettes de cuisine en France

À la Bibliothèque municipale de Lyon, 30 boulevard Vivier-Merle, 69431 Lyon Cedex 03.

Actuellement la cuisine fait recette du fait du phénomène de mode qui a envahi la France ces dernières années. Cette profusion culinaire de réinterprétation et de modernisation des recettes de cuisine peut amener à se poser la question de leur protection. Celle-ci peut se traduire par l’incription du repas gastronomique français au patrimoine de l’UNESCO ou par l’éthique du milieu des métiers de bouche mais ne seraient-ce pas à la culture et au droit d’être les pans de protection des recettes de cuisine?

  • Alexine Fontaine, doctorante en histoire : « Les recettes de cuisine sont-elles protégées culturellement ? »

Les recettes de cuisine sont dans l’histoire de l’alimentation une façon d’associer, de transformer un produit. Elles sont le reflet d’une identité alimentaire, représentantes par excellence d’un patrimoine gastronomique et culinaire français. Transmises à l’oral ou par écrit, disposent-elles cependant de mesures de préservation au même titre que d’autres éléments du champ culturel ?

  • Thimothée Fringans, doctorante en droit : « Les recettes de cuisine sont-elles protégeables juridiquement ? »

Le Droit français, dans sa situation actuelle, est-il en mesure d’offrir une protection aux recettes de cuisine ? Il s’agit d’étudier les différentes branches du droit de la propriété intellectuelle, les droits d’auteur d’une part, le droit de la propriété industrielle (brevets, marques, dessins et modèles) d’autre part, afin de savoir s’il est possible de parler de protection juridique des recettes de cuisine.