Repenser l’espace urbain dans un monde sans voitures

À la Bibliothèque municipale de Lyon, 30 boulevard Vivier-Merle, 69431 Lyon Cedex 03.

  • Farzaneh Bahrami et Matthew Skjonsberg, doctorants de l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne.

La réduction de la mobilité motorisée individuelle est largement débattue aujourd’hui. En même temps, les comportements sociaux sont symptomatiques d’une effective réduction d’intérêt pour la voiture : baisse de vente des véhicules, baisse du pourcentage des jeunes qui passent leur permis de conduire.

En partant de l’hypothèse que les tendances ici évoquées s’accélèreraient, on essaie d’explorer le futur de l’espace urbain jusqu’à l’élimination totale de la voiture. Cette hypothèse tout-à-fait radicale nous oblige à renverser le regard sur l’espace urbain. Qu’en serait-il, dans un post-car world de l’immense quantité d’espace aujourd’hui dédiée au trafic automobile et à la voiture ?

Nourrir la planète : la proximité est-elle vecteur de solidarité ?

Le Collectif Confluence a organisé les rencontres préparatoires de la région Rhône-Alpes pour l’Exposition Universelle Milan 2015 « Nourrir la planète, énergie pour la vie ». Plusieurs rencontres ont ainsi eu lieu en 2015 en région Rhône-Alpes pour mobiliser les rhônalpins, permettre la réflexion collective afin de participer de manière constructive à l’Exposition Universelle de Milan.

  • Rencontre préparatoire Milan 2015 : « Nourrir la planète : la proximité est-elle vecteur de solidarité ? », le 24 avril 2015 à l’Hôtel de Région, Lyon.

Suivre les acteurs vers un monde sans voiture

À la Bibliothèque municipale de Lyon, 30 boulevard Vivier-Merle, 69431 Lyon Cedex 03.

  • Alexandre Rigal, doctorant de l’École polytechnique fédérale de Lausanne en études urbaines et Jade Rudler, doctorante de l’École polytechnique fédérale de Lausanne, architecte.

Nous vivons dans un monde de voitures, agencé pour les voitures. Pourtant peu à peu le nombre d’automobilistes à temps partiel et de non-automobilistes augmente. L’attractivité de la voiture semble diminuer. Il s’agit donc de saisir ses nouveaux désirs, les nouvelles mobilités des acteurs qui refusent le monde du tout voiture individuelle.

Pour exposer les potentiels qu’ils ont mis en acte et les potentiels dont bien d’autres disposent, des visualisations nous aideront à rendre compte de leurs compétences, des actions qu’ils chainent. On obtiendra par là des portraits d’acteurs actuellement et potentiellement en mobilité vers un monde sans voiture.