Le feu et la mort dans l’Antiquité

À la Bibliothèque municipale de Lyon, 30 boulevard Vivier-Merle, 69431 Lyon Cedex 03.

Que ce soit chez les Étrusques, les Grecs ou les Romains, le feu a toujours eu un rôle prépondérant dans les rites funéraires. Symbole de lumière, de renaissance ou d’héroïsation, il est présent sous diverses formes au cours des rituels, du feu destructeur de la crémation au mobilier luminaire placé dans les tombes en passant par les représentations qu’on y trouve. Ces trois interventions abordent trois de ces formes, dans trois civilisations différentes.

  • Ariane Huteau, doctorante en archéologie : « La crémation en Italie protohistorique. L’exemple de la culture villanoviano-étrusque »

Le rituel funéraire de la crémation, dominant au cours du IXe siècle avant notre ère en Italie, est progressivement abandonné au profit de l’inhumation dans certaines régions de la Grande Etrurie. On se propose ici de se questionner sur les implications matérielles soulevées par ce choix rituel et surtout sur sa portée idéologique et symbolique auprès des populations villanoviano-étrusques.

  • Fabien Bièvre-Perrin, doctorant en archéologie : « Un symbole de renaissance italiote : la torche en croix »

Il existe en Grande-Grèce (Italie du sud) un motif iconographique que l’on n’observe nulle part ailleurs : la torche en croix. Ce flambeau se terminant par quatre branches appartient à l’univers des déesses d’Eleusis, Déméter et Perséphone, et aux rites d’initiations auxquels elles président. Symbole de renaissance, on le retrouve logiquement sur les vases à figures rouges des tombes de la région et dans les sanctuaires des deux déesses.

  • Arnaud Galliègue, doctorant en archéologie : « Les lampes à huile dans le cadre funéraire : les exemples de Lugdunum »

Le fait de déposer une ou plusieurs lampes auprès du défunt est une coutume typiquement romaine qui se développe véritablement en Gaule à partir de la fin de l’ère augustéenne et qui perdure jusqu’au Bas Empire. Par l’étude taphonomique de ce matériel dans un tel cadre, on se questionne sur l’aspect symbolique revêtu par la lumière au cours des cérémonie funéraires, de la veillée mortuaire à l’ensevelissement définitif du défunt.