Consommer autrement

À la Bibliothèque municipale de Lyon, 30 boulevard Vivier-Merle, 69431 Lyon Cedex 03.

  • Frédérique Giraud; doctorante en sociologie : « La récup’ en pratiques. Petite ethnologie de la récupération »

A partir d’une enquête menée par entretiens et observation participante sur la ville de Lyon, nous proposons de réfléchir aux usagers des sites de récupération d’objets d’occasion que sont recupe.net, donnons.org et le groupe d’échange freecycle. Economies de bouts de chandelle ou véritables affaires ? Les receveurs qui découvrent le site sont ébahis de la générosité de certaines personnes : machine nespresso en état de marche, tapis, literie, armoires, gazinière… Mais qui sont les usagers des sites et à quelles fins les utilisent-ils ? L’enquête de terrain que nous menons montre que la récupération est une pratique partagée par des individus aux origines sociales différentes dont les discours ne sont pas homogènes. Si l’on peut penser a priori que les receveurs sont exclusivement des personnes dans le besoin, à qui ces dons permettent de faire des économies pour pouvoir pourvoir à d’autres dépenses (on trouve beaucoup de familles monoparentales, chômeurs, étudiants, jeunes couples), nos entretiens permettent de montrer qu’elles ne sont pas les seules utilisatrices des sites.

  • Benoît Ladouceur, professeur certifié en Sciences Économiques et Sociales : « Le positionnement problématique de l’ethnologue sur le terrain de la générosité en ligne »

Nous proposons dans cette communication de rendre compte des difficultés d’accès au terrain de l’enquête analysée ci-avant. La fréquentation indigène de ces sites, comme donneur et demandeur, avait attiré notre attention sur la variété sociale des usagers et de leurs pratiques. Ayant transformé cette curiosité en un terrain sociologique, il fallait trouver une solution pour passer du statut d’indigènes à celui de chercheurs, conserver une position de neutralité indispensable à l’enquête et continuer à accéder aux utilisateurs. Nous relaterons les difficultés d’accès au terrain et le positionnement problématique de l’ethnologue sur les site de dons.