Représentations du corps féminin et pratiques alimentaires

À la Bibliothèque municipale de Lyon, 30 boulevard Vivier-Merle, 69431 Lyon Cedex 03.

Ces deux interventions s’intéressent au regard que porte une société, à un moment donné, sur le corps féminin à travers l’étude des pratiques alimentaires. Elles permettent de questionner l’évolution des représentations de la santé et de l’esthétique de la minceur.

  • Stéphanie Chapuis-Després, doctorante en études germaniques : « Maladie ou miracle ? Le jeûne de Margareta Weisz (1542) »

Cette communication présente le cas d’une jeune fille de treize ans, Margareta Weisz, qui a subitement cessé de s’alimenter. Tout en tenant compte des spécificités de ce type de sources, l’analyse des deux feuilles volantes de 1542 qui relatent cette histoire permet de mettre en lumière la manière dont la société de l’époque prémoderne a pu envisager ce qu’on appelle aujourd’hui l’anorexie mentale.

  • Audrey Arnoult, docteure en Sciences de l’Information et de la Communication : Les pratiques anorexiques dans la presse quotidienne française (1995-2009)

Cette communication s’intéresse aux discours médiatiques contemporains portant sur l’anorexie mentale en France. Il s’agit de mettre en lumière les représentations de cette conduite polyfactorielle en prêtant attention plus spécifiquement à la question du facteur déclencheur de cette maladie.

Guerre et amour dans la littérature hispanophone : pensées et représentations de deux forces antagonistes à travers les siècles

À la Bibliothèque municipale de Lyon, 30 boulevard Vivier-Merle, 69431 Lyon Cedex 03.

Si les textes littéraires se font l’écho des passions des hommes, deux d’entre elles, l’amour et la guerre, structurent souvent le récit. Mais pourquoi associer, dans l’écriture romanesque et théâtrale, dans la pensée philosophique et littéraire, ces deux réalités que tout semble opposer ? Les trois interventions envisageront trois modalités des rapports entre ces deux forces antagonistes dans la production littéraire de langue espagnole depuis les traités de la Castille médiévale jusqu’aux textes de l’Espagne et de l’Amérique Centrale contemporaines.

  • Mélanie Juste, doctorante en études hispaniques : « Guerre et amour : l’union de Mars et Vénus dans la pensée médiévale à la fin du Moyen Âge en Castille »

La philosophie castillane de la fin du Moyen Âge s’intéresse à l’amour et à la guerre parce que tous deux sont des terrains propices à l’étude des passions humaines. En effet, l’une et l’autre de ces réalités permettent d’assister à un déchainement de forces, qu’elles soient créatrices ou destructrices. Pourtant, ces forces ne s’opposent pas aussi nettement que l’on pourrait le penser ; au contraire, la philosophie et la littérature nous montrent qu’elles sont étroitement liées, tant sur le plan passionnel que langagier : de l’amour comme moteur de la guerre à la métaphore de la conquête amoureuse, les allégories structurent et donnent une cohérence à la pensée médiévale.

  • Vanessa Perdu, doctorante en études hispaniques : « La nouvelle centraméricaine entre violence et passion »

Durant la deuxième moitié du XXe siècle, l’Amérique Centrale a été le théâtre d’une série d’affrontements armés, guerres et guérillas qui ont laissé la région profondément meurtrie. Les nouvelles publiées pendant cette période se font l’écho de cette réalité, la transcrivant, ou faisant figurer l’amour comme contrepoids à la violence omniprésente.

  • Claire Dutoya, doctorante en études hispaniques : « Le bombardement de Guernica au théâtre : l’amour sous les bombes »

Le bombardement de Guernica, qui a eu lieu le 26 avril 1937, pendant la guerre civile espagnole, a marqué la littérature espagnole contemporaine. Ce bombardement dirigé contre la population civile a été mis en scène par plusieurs dramaturges espagnols dont Fernando Arrabal, Ignacio Amestoy et Jerónimo López Mozo. La pièce Guernica, un grito, 1937 écrite par Ignacio Amestoy constitue un prisme intéressant pour analyser la représentation de la guerre et de l’amour en temps de guerre. Alors que les bombes pleuvent, l’amour des deux protagonistes intensifie la représentation tragique du bombardement.

L’enfant, de la réalité à l’idéal : éducation et représentation à la Renaissance

À la Bibliothèque municipale de Lyon, 30 boulevard Vivier-Merle, 69431 Lyon Cedex 03.

Dès la Renaissance, l’image et le texte faisaient partie de l’attirail de pédagogues renommés comme G. Dominici ou J. L. Vives. Nous chercherons donc à savoir comment ces outils ont été utilisés pour éduquer des enfants et leur inculquer, notamment, les vertus chrétiennes

  • Cécile Codet, doctorante en études hispaniques : « L’éducation d’une princesse anglaise »

Pour éduquer Marie Tudor, la fille qu’elle eut avec Henry VIII, Catherine d’Aragon fit appel à l’humaniste Juan Luis Vives. Quelle éducation recevait une princesse au début du XVIe siècle ? Entre rigueur morale et transmission des savoirs, Juan Luis Vives apporte une réponse originale.

  • Fabien Lacouture, doctorant en histoire : « L’exemplarité des enfants saints »

L’abbé dominicain Giovanni Dominici, dans sa Regola del Governo del Cura Familiare, met en place une éducation des enfants à travers les images saintes. Entre la Présentation de la Vierge au Temple, l’absence de toute représentation de l’enfance de Jésus ou encore le motif de Tobie et l’ange, nous étudierons quelques cas d’enfances saintes et les messages qu’ils étaient censés transmettre aux jeunes spectateurs.

Consommer autrement

À la Bibliothèque municipale de Lyon, 30 boulevard Vivier-Merle, 69431 Lyon Cedex 03.

  • Frédérique Giraud; doctorante en sociologie : « La récup’ en pratiques. Petite ethnologie de la récupération »

A partir d’une enquête menée par entretiens et observation participante sur la ville de Lyon, nous proposons de réfléchir aux usagers des sites de récupération d’objets d’occasion que sont recupe.net, donnons.org et le groupe d’échange freecycle. Economies de bouts de chandelle ou véritables affaires ? Les receveurs qui découvrent le site sont ébahis de la générosité de certaines personnes : machine nespresso en état de marche, tapis, literie, armoires, gazinière… Mais qui sont les usagers des sites et à quelles fins les utilisent-ils ? L’enquête de terrain que nous menons montre que la récupération est une pratique partagée par des individus aux origines sociales différentes dont les discours ne sont pas homogènes. Si l’on peut penser a priori que les receveurs sont exclusivement des personnes dans le besoin, à qui ces dons permettent de faire des économies pour pouvoir pourvoir à d’autres dépenses (on trouve beaucoup de familles monoparentales, chômeurs, étudiants, jeunes couples), nos entretiens permettent de montrer qu’elles ne sont pas les seules utilisatrices des sites.

  • Benoît Ladouceur, professeur certifié en Sciences Économiques et Sociales : « Le positionnement problématique de l’ethnologue sur le terrain de la générosité en ligne »

Nous proposons dans cette communication de rendre compte des difficultés d’accès au terrain de l’enquête analysée ci-avant. La fréquentation indigène de ces sites, comme donneur et demandeur, avait attiré notre attention sur la variété sociale des usagers et de leurs pratiques. Ayant transformé cette curiosité en un terrain sociologique, il fallait trouver une solution pour passer du statut d’indigènes à celui de chercheurs, conserver une position de neutralité indispensable à l’enquête et continuer à accéder aux utilisateurs. Nous relaterons les difficultés d’accès au terrain et le positionnement problématique de l’ethnologue sur les site de dons.

Réflexions sur la ville durable de demain

À la Bibliothèque municipale de Lyon, 30 boulevard Vivier-Merle, 69431 Lyon Cedex 03.

Les enjeux du changement climatique et de la transition énergétique suscitent depuis bientôt deux décennies de nombreux débats au sujet de la ville durable de demain. Aux Etats-Unis, en Europe et plus particulièrement au Japon, les expérimentations en la matière se multiplient à l’image de nombreux projets impliquant de nombreux acteurs publics et privés, et reposant sur les Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication. Cette version technologique et numérique de la ville durable n’est néanmoins pas sans poser un certain nombre de question au sujet de la gouvernance et de la place attribuée aux individus notamment.

  • Benoit Granier, doctorant en Science Politique : « Participation citoyenne et acceptabilité sociale dans les villes durables / La place des individus dans la ville durable de demain »

Depuis quelques années, aussi bien les pays européens que les Etats-Unis, la Chine et le Japon expérimentent des modèles de ville durable particuliers, les smart-cities ou « villes intelligentes ». Ces dernières reposent en effet sur de nombreuses technologies complexes telles que les smart-grids ou « réseaux électriques intelligents », des dispositifs de production décentralisée d’électricité d’origine renouvelable, des systèmes de partage de véhicules électriques, etc. Néanmoins, cette ville durable numérique amène à s’interroger sur le rôle qu’elle attribue à l’humain. Ces technologies feront-elles des habitants de la ville des consommateurs répondant à des signaux économiques, ou des citoyens participant à un devenir commun ? La collecte et le partage des données constituent-ils un renouveau démocratique porteur d’un espace public inédit, ou un danger inédit pour la protection de la vie privée et les libertés individuelles ?

  • Nicolas Leprêtre, doctorant en Science Politique : « Les réseaux électriques intelligents intégrés aux quartiers : quelles formes de coordination des acteurs locaux au Japon ? »

L’objectif de cette présentation est d’introduire à une technologie encore peu connue, les réseaux électriques intelligents, ou smart grid, et leurs conséquences sur l’aménagement urbain et les modes de gouvernance. Après une bref définition de ces smart grid, le présent travail s’articulera autour de deux temps. A partir du cas japonais des « Smart Community », un pays en avance sur la question, l’objectif sera de montrer en quoi les réseaux électriques intelligents peuvent amener à modifier l’aménagement urbain, et intégrer de nouveaux « services durables ». Puis, nous analyserons les modes de coordination des acteurs dans cette politique publique qui préfigurent des tendances que nous pourrons retrouver en France, dans le quartier Confluence à Lyon par exemple.

  • Guillaume Lacroix, doctorant en Science Politique : « Les différents visages de la « ville durable » à Lyon : exemples de projets urbains »

L’intervention s’emploiera à appliquer ce cadre conceptuel au cas lyonnais. Au travers d’exemples de réalisations ou de projets urbains connus (la Confluence, l’Anneau des Sciences, les berges du Rhône…) ou plus confidentiels, il montrera les paradoxes inhérents à la pluralité des visions de la ville durable qui s’expriment aujourd’hui dans la cité rhodanienne. Cette approche territorialisée aura pour objectif de susciter un débat et de questionner la « fabrique durable » de nos quotidiens urbains.

Actualité des révolutions arabes ; regards croisés sur l’Egypte et la Syrie

À la Bibliothèque municipale de Lyon, 30 boulevard Vivier-Merle, 69431 Lyon Cedex 03.

C’est un événement d’une exceptionnelle brutalité, en Tunisie, celui de l’immolation d’un jeune homme de 26 ans du nom Mohamed Bouazizi qui serait le point de départ d’une longue et contagieuse série de bouleversements ; aux nombreux précédents pourtant, au sein des États arabes. En l’espace de quelques mois, c’est tout le visage d’une région arabe allant du Maghreb au Machrek qui va être redéfini. À l’instant présent, le pouvoir a changé de mains et précisément tombé en Tunisie, en Égypte et en Libye, l’État syrien est déchiré, le Yémen, la Jordanie, l’Algérie, Bahreïn ou le Maroc vivent des moments clés de leur existence tandis que d’autres semblent être pour le moment épargnés. Toutefois et bien que ces États puissent avoir en commun plusieurs revendications exprimées par leur population ainsi qu’en partie le partage de la phraséologie arabe, le culte religieux de l’Islam, ou des héritages politiques ou culturels, les changements observables et sous-jacents sont propres à chaque nation et nécessitent une dissociation.

  • Adlène Mohammedi, doctorant en Relations Internationales : « Les implications internationales de la crise syrienne »

Inattendue, la guerre civile qui vient frapper la Syrie soulève un certain nombre de problématiques internationales. L’ambition de l’intervention consiste à décrypter le conflit en six points. Il s’agit d’abord d’identifier les acteurs, ainsi que le contexte qui a permis cette déchirure, ensuite d’analyser le jeu des alliances (les alliés du régime, puis les alliés de l’opposition). Une importance particulière au voisin libanais sera accordée, dont la perméabilité du territoire pose un certain nombre de questions. L’intervention fera le point sur les négociations internationales, avant de conclure sur la dimension confessionnelle, qui ne doit être ni négligée, ni exagérée.

  • Elie Khoury, analyste en Relation Internationales : « L’envers du décor du soulèvement égyptien »

Cette intervention se concentrera sur l’Égypte, territoire historique, au cœur d’une région sous tensions où les intérêts nationaux et étrangers s’entrechoquent et où le transit énergétique à travers le Canal de Suez est sous très haute surveillance.

Les formes d’organisation de la Défense en Europe

À la Bibliothèque municipale de Lyon, 30 boulevard Vivier-Merle, 69431 Lyon Cedex 03.

Une véritable panoplie des modes de la Défense – les coopérations militaires bilatérales, la Défense collective à travers l’Alliance militaire et les tentatives de l’institutionnalisation de la défense européenne – cohabitent sur le Vieux Continent et cherchent à assurer la sécurité des pays européens. Bien que ces différentes formes de Défense visent avant tout à répondre à des préoccupations sécuritaires et stratégiques, elles ne sont pas toujours guidées par les mêmes facteurs. La situation économique et financière ainsi que des considérations identitaires et historiques influencent les choix des Etats européens en matière d’organisation de la Défense. Par conséquent, la Défense européenne, c’est-à-dire construite dans le cadre de l’Union européenne, en ressort très sensiblement touchée.

  • Grégoire Ducloud, étudiant à Sciences Po Lyon : « La coopération militaire franco-britannique »

La coopération militaire franco-britannique illustre très pertinemment le fonctionnement et la nature de la coopération bilatérale militaire entre deux acteurs étatiques dont les intérêts sécuritaires et stratégiques se rejoignent très sensiblement. L’importance des facteurs économiques et financiers ne sont pas à négliger dans la mise en place et dans le développement de ladite coopération. En même temps, le contexte institutionnel et stratégique, notamment les faiblesses de l’Europe de la défense, fournit un grand nombre d’éléments de compréhension quant à l’intérêt et aux modalités de la coopération militaire franco-britannique.

  • Živilé Kalibataite, doctorante en Relations Internationales : « L’intégration militaire de l’Europe de l’Est à l’Alliance Atlantique »

L’Organisation du Traité de l’Atlantique du Nord (OTAN) était amenée à se transformer après la chute de l’URSS. L’élargissement de l’Alliance Atlantique vers les pays post- soviétiques constitue une des grandes caractéristiques géostratégiques de ces changements depuis la fin du conflit Est/Ouest. Les politiques étrangères et de sécurité des pays de l’Europe de l’Est ont été guidées par la quête de l’OTAN. Cette orientation politique et stratégique est très fortement influencée par des considérations historiques, identitaires et culturelles. La fascination pour la puissance américaine, considérée comme pivot de l’Alliance atlantique, pousse les pays de l’Europe de l’Est à privilégier l’organisation de la Défense dans le cadre d’une alliance militaire à la construction d’une défense européenne propre à l’UE.

  • Lucie Le Barreau, doctorante en Relations Internationales : « Perspectives de l’Europe de la Défense »

En gestation depuis 1998, la politique européenne de sécurité et de défense (aujourd’hui renommée Politique commune de sécurité et de défense) représente davantage un rébus politique et diplomatique compliqué qu’une véritable réalisation institutionnelle acceptée par tous les Etats européens. L’Europe de la Défense est amenée à composer dans un climat stratégique, diplomatique, politique et économique très complexe. Les problèmes économiques et financiers des Etats européens, leurs visions divergentes sur les questions communautaires et le rapport encore mal défini entre l’OTAN et l’UE conditionnent très fortement la réalisation et la consolidation de l’Europe de la Défense.