L’action extérieure de l’Union Européenne : entre la puissance douce et le droit mou

À la Bibliothèque municipale de Lyon, 30 boulevard Vivier-Merle, 69431 Lyon Cedex 03.

  •  Michael E. Lambert, doctorant en relations internationales : « Structure et fonctionnement du soft power de l’Union européenne au XXIe siècle »

La présentation aborde la question de la politique d’influence de l’Union européenne au regard de l’actualité internationale et plus particulièrement dans les États du Partenariat Oriental. Si les ouvrages qui traitent de la politique d’influence de l’Europe sont monnaie courante, peu abordent la question fondamentale du fonctionnement interne et de la capacité d’attraction singulière des entités supranationales.

Cette présentation propose d’analyser ces questions tout en mettant en avant les difficultés qui entachent la capacité de développement d’un smart power en Union européenne du fait de l’interdépendance avec les États-Unis au début du XXIe siècle.

  • Fiona Schnell, doctorant en science politique : « La soft law européenne, instrument de puissance des Etats européens ? »

Comment le droit peut il devenir un instrument de puissance, d’autant plus lorsqu’il est « mou » ? Zaki Laidi l’a théorisé, l’Europe serait une puissance normative. Néanmoins, la norme en question trouve de nombreuses interprétations et applications selon le degré de contrainte observé. Instrument controversé du droit et de la pratique de l’Union Européenne, la soft law apparaît ici comme une alternative aux moyens traditionnels de puissance. Cette dernière établit en elle même, une contradiction en étant du droit non contraignant. Des actes de soft law produisent alors des effets juridiques sans pour autant être obligatoires. La soft law apparait dès lors comme une variable et un mécanisme de revendication politique, moteur de la puissance.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *